Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plus de 400 animaux écrasés chaque année sur les routes de la Somme, d'après les chasseurs

-
Par , France Bleu Picardie

400 animaux sont tués chaque année sur les routes samariennes, d'après les calculs des chasseurs de la Somme, qui ont rendu public leur bilan ce jeudi.

3000 animaux ont été tués sur les routes de la Somme depuis 2015, dont 55 putois
3000 animaux ont été tués sur les routes de la Somme depuis 2015, dont 55 putois © Radio France - Fédération des chasseurs de la Somme

La fédération des chasseurs de la Somme a bouclé son comptage des animaux sauvages percutés sur les routes de la Somme. Bilan : 400 animaux meurent chaque année sous les roues des automobilistes, tous types de routes confondues. Chaque année, ce sont les lièvres, les faisans et les blaireaux qui sont les plus percutés. 

Mieux repérer les corridors écologique

Pour réaliser ce bilan, 22 salariés de la fédération sont équipés d'une application. A chaque fois que l'un d'eux repère un animal mort sur la chaussée, il peut l'identifier et le géolocaliser. Une analyse spatiale qui permet de repérer les "corridors écologiques", explique Anthony Danesin, responsable du service ingénierie et développement à la fédération des chasseurs de la Somme. "On a une accumulation d'accidents avec certaines espèces toujours au même endroit. Et on se rend compte qu'il y a des espaces boisés tout autour et que la route vient rompre ce couloir de passage", explique Anthony Danesin.

L'enjeu est d'"aménager le mieux possible ces corridors, pour maintenir des échanges de reproducteurs et de brassages génétiques pour les populations. Pour qu'elles restent fortes et invulnérables face à des maladies", poursuit Anthony Danesin .

Bientôt des écuroducs dans la Somme ?

Ces données de collision ont permis au conseil départemental d'affiner la position des panneaux signalant les traversées des animaux sauvages. "En 2021, on va poser des réflecteurs, des petits piquets lumineux. Les phares des voitures vont projeter sur ces réflecteurs et la lumière va se projeter dans les bois ou dans les champs  pour alerter le mieux possible la faune sauvage". La fédération va expérimenter ces réflecteurs dans la zone de Crécy-en-Ponthieu, en Picardie Maritime

Autre projet : des écuroducs. Des passages aériens pour les écureuils, déjà mis en place dans la Vallée du Rhône. Deux zones à risques ont déjà été identifiées dans le département, sur les axes Albert-Amiens et Beauvais-Amiens. "Ça parait simple mais certaines routes départementales voient passer des convois exceptionnels. Ça ne se fait pas du jour au lendemain. On est juste au stade réflexion du dispositif", explique Anthony Danesin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess