Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Fin de la castration à vif des porcelets : inquiétude et méfiance en Occitanie

-
Par , France Bleu Occitanie

À partir de 2021, la castration des porcelets à vif devrait être interdite. Les 500 producteurs de porc de la région, mais aussi les salaisons et notamment celles de Lacaune dans le Tarn, prennent acte. Ils demandent aussi quelles seront les solutions alternatives.

Les salaisons du Tarn à Lacaune se posent beaucoup de question sur la fin de la castration à vif annoncé par le gouvernement.
Les salaisons du Tarn à Lacaune se posent beaucoup de question sur la fin de la castration à vif annoncé par le gouvernement. © Radio France - SM

Didier Guillaume, le ministre de l’Agriculture, a détaillé ce mardi matin les 15 mesures décidées par son ministère pour la protection et l'amélioration du bien-être animal. Parmi elles, le ministre a annoncé la fin de la castration à vif des porcelets pour la fin de l’année 2021. Le but c’est de mettre fin à une pratique douloureuse.

Goût de "pisse"

Concernant les porcs, la technique de castration à vif date de l'après-guerre. Elle permet d'obtenir des porcs plus gras, tout en évitant l'odeur que peut dégager à la cuisson le gras de certains mâles "entiers".  Pour le boucher de Lacaune Lionel Gayraud, "on dit souvent que la viande du verrat a un goût de pisse. Elle est aussi très dure. Impossible pour le commerce."

"Ça ne va pas assez loin" disent les associations de protection animale comme Welfarm, en campagne contre la castration des porcelets à vif depuis 2016 : _"la seule alternative viable, aussi bien pour les animaux que pour les éleveurs, est l'_arrêt pur et simple de la castration." Une coopérative française a tenté le coup dans le nord de la France (la coopérative Cooperl a lancé la commercialisation de ses premiers porcs non castrés en mars 2013).

Salaisons du Tarn 

En tout cas le sujet embête beaucoup les salaisons du Tarn et de l’Aveyron notamment. Parce que les cochons qui sont abattus chez nous (environ 1 million par an en Occitanie) sont surtout transformés en sec (en charcuterie, jambon sec, saucissons). Du porc qui n'est pas préparé (cuisiné) et dont le goût ne peut être masqué par la transformation.  

Toutes les filières qui militent aussi pour des animaux élevés longtemps en plein-air risquent également d’être pénalisées. Les porcs gascons par exemple. Plus les cochons sont abattus tard (14 mois chez François à Vaour) plus ils risquent d’avoir ce goût désagréable à la cuisson. Ça risque donc de favoriser les élevages industriels qui auront les moyens de mettre en place les préconisations du gouvernement. Est-ce qu’il faudra un vétérinaire pour chaque castration ? Les 500 éleveurs occitans attendent des réponses car environ 95% des porcs sont castrés dans notre région. 

Un référent bien-être animal devra aussi être désigné dans les élevages de volailles et de porcs au 1er janvier 2022.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu