Agriculture – Pêche

Plusieurs centaines d'agriculteurs assis sur la paille aux Champs-Elysées contre l'interdiction du glyphosate

Par Julien Baldacchino, France Bleu vendredi 22 septembre 2017 à 7:28 Mis à jour le vendredi 22 septembre 2017 à 10:23

Les agriculteurs ont reçu la visite de Nicolas Hulot en milieu de matinée
Les agriculteurs ont reçu la visite de Nicolas Hulot en milieu de matinée © Radio France - Guillaume Gaven

Environ 300 agriculteurs venus de toute la France se sont rassemblés ce vendredi matin sur les Champs Elysées à Paris, près du Palais de l'Elysée, contre l'interdiction prochaine du glyphosate. Après une rencontre à l'Elysée, le mouvement s'est dispersé en milieu de matinée.

Ils sont environ 300 agriculteurs, venus des départements autour de Paris, à s'être réunis ce vendredi matin au pied des Champs-Elysées pour demander la démission du ministre de la Transition énergétique Nicolas Hulot, après que celui-ci a annoncé début septembre qu'il voterait contre le renouvellement de l'autorisation du glyphosate à l'Union européenne. Un rassemblement organisé à l'appel de plusieurs fédérations départementales de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs.

Assis sur des bottes de paille installées non loin du palais de l'Elysée, ces agriculteurs voulaient montrer qu'ils sont "sur la paille", et qu'ils le seront encore plus si ce désherbant, très utilisé dans l'agriculture (notamment sous sa forme la plus connue, le Roundup), est interdit. Sur une pancarte, on pouvait lire "Macron tue les agriculteurs".

En début de matinée, l'ambiance était tendue autour de ce rassemblement : de nombreux CRS étaient dépêchés sur place pour maintenir l'ordre. Selon les informations de Franceinfo, les agriculteurs menacent de mettre le feu à la paille sur laquelle ils sont assis si les forces de l'ordre tentent de les déloger.

Aux alentours de 9h30, le ministre Nicolas Hulot est arrivé sur les Champs Elysées pour rencontrer ces agriculteurs. "Si on ré-autorise pour dix ans, on sait bien que dans dix ans rien n'aura changé", leur a-t-il déclaré. "Si par contre, on se met d'accord pour dire que d'ici dix ans on trouve une alternative, c'est déjà un autre modus vivendi", a t-il ajouté.

"Je ne peux pas être à votre place, mais je ne suis pas idiot, et je sais bien dans quelle difficulté vous êtes".

Alors qu'une délégation d'agriculteurs était reçue à l'Elysée, le rassemblement s'est terminé aux alentours de 10h. Les membres de la délégation ont dit avoir reçu de la présidence "l'assurance que le glyphosate ne sera pas interdit demain, mais qu'il faudra trouver rapidement des alternatives".

Depuis plusieurs semaines, une partie du secteur agricole se mobilise contre la volonté de la France, portée par Nicolas Hulot, de faire interdire le glyphosate au niveau européen. Le 4 octobre, l'Union européenne examine le renouvellement de son autorisation pour une période de dix ans, et le ministre de la Transition énergétique a d'ores et déjà fait savoir qu'il voterait contre, car cet insecticide est considéré par l'Organisation mondiale de la santé comme potentiellement cancérigène.

De nombreuses ONG dénoncent, de leur côté, l'utilisation massive de cet herbicide : la semaine dernière, l'association Générations Futures publiait un rapport alarmant montrant que des traces de glyphosate était présente dans de nombreux produits alimentaires disponibles dans la grande distribution.