Agriculture – Pêche

Gave de Pau : poissons souriez, vous êtes filmés !

Par Yannick Damont, France Bleu Béarn et France Bleu lundi 7 août 2017 à 4:18

La station de contrôle vidéo est au bout de la passe à poissons
La station de contrôle vidéo est au bout de la passe à poissons © Radio France - Yannick DAMONT

Sur le gave de Pau, une nouvelle station de contrôle vidéo filme jour et nuit les poissons qui remontent la rivière. Ce comptage doit permettre d'en savoir plus sur la santé du cours d'eau et sur la présence des migrateurs comme le saumon ou encore l'alose.

Migradour multiplie ses stations de comptage et d'observation sur les gaves du Béarn. Pour mieux connaitre les stocks en poissons et l'état de nos rivières, l'association a installé en mai dernier sur le Gave de Pau avec le soutien financier d'EDF et de l'Agence de l'eau Adour Garonne, une deuxième station de contrôle vidéo sur la passe à poissons de Castétarbe, un quartier d'Orthez.

Une première station de ce type avait déjà été installée en 2004 un peu plus en amont à Artix pour observer la reproduction du saumon. Celle-ci doit permettre de mieux connaître les populations d'aloses et de lamproies marines. Deux espèces de poissons migrateurs qui tentent de recoloniser le gave de Pau.

"Cela nous donnera pour les années à venir un très bon indicateur du niveau de la population en aloses", explique Benoit Dartau, responsable technique chez Migradour. "2.000 individus ont été comptabilisés depuis début juillet. On peut surement faire mieux."

On a parfois des pics de migration impressionnants - Alexandre Holub technicien chez Migradour

Les passages devant la caméra sont très variables selon la période de l'année et l'heure de la journée. Ainsi Alexandre Holub, technicien chez Migradour explique avoir vu après des orages en juin jusqu'à 700 aloses en une journée et une centaine de lamproies remontées durant la nuit.

Alexandre Holub comptabilise les remontées de la nuit. Ici, un joli saumon. - Radio France
Alexandre Holub comptabilise les remontées de la nuit. Ici, un joli saumon. © Radio France - Yannick DAMONT

A Castétarbe, les poissons parfois se bousculent pour passer devant la caméra.

Ces stations d'observation sont indispensables pour assurer un bon suivi de l'état de santé de la rivière. Les saumons avaient complètement disparu au XXe siècle"explique Benoit Dartau. Aujourd'hui, ils doivent encore remonter au dessus de Nay voir même de Lourdes pour trouver des eaux de qualité. "Les parties basses sont assez dégradées avec une qualité d'eau qui n'est pas optimale. Il n'y a donc pas de reproduction possible sur ces parties là," regrette le spécialiste.