Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Politique agricole commune : quelles aides pour la Corse ?

-
Par , , France Bleu RCFM

Le service TéléPAC est ouvert depuis le 1er avril pour les agriculteurs qui doivent faire des demandes d'aides surfaciques et végétales. Déclarations à faire avant le 15 mai prochain.

Il existe plusieurs types d'aides, des aides couplées à la production d'une exploitation et des aides découplées
Il existe plusieurs types d'aides, des aides couplées à la production d'une exploitation et des aides découplées © Maxppp - maxppp

Corse, France

Les exploitants agricoles peuvent bénéficier d'un accompagnement dans cette démarche TéléPAC notamment auprès de la DDTM, de la chambre d'agriculture, de l'office de l'environnement. Les aides surfaciques, pour lesquelles les déclarations doivent être réalisées en ce moment, sont des aides découplées de la production et qui dépendent de l'étendue du terrain bien sûr mais aussi du type de terre déclarée (pâturage, arboriculture, luzerne ou autres...) 

Comment déclarer ? 

Il existe plusieurs types d'aides, des aides couplées à la production d'une exploitation et des aides découplées. Ce sont donc ces dernières qui sont concernées par la campagne actuelle. Les agriculteurs doivent déclarer les surfaces admissibles, qu'entend-on par-là ? Vincent Delor, chef du service Economie Agricole de la DDTM

Des déclarations qui feront bien sûr l'objet de contrôles. Entre 15 et 20% de contrôles annuels sont réalisés sur les dispositifs surfaciques, un taux relativement important par rapport à d’autres régions selon la DDTM. Ils seront le cas échéant réalisés par l'Agence de service et de paiement, organisme national qui verse plus de 20 milliards d’euros d'aides publiques.

Une goutte d’eau pour la Corse ?

Aujourd'hui ces aides sont essentielles à la survie de l'agriculture. Elles représentent entre 40 et 75% du revenu de l’exploitation et servent essentiellement au développement et maintien des exploitations dans le rural. Des aides qui pourraient bien changer de forme et de nature à l'occasion de la future période de programmation, à partir de 2021, c'est ce qui ressort des premières discussions au niveau national, selon Florent Rangade, président des Jeunes Agriculteurs de Haute-Corse (et co-président des JA de Corse).

Un changement qu’il ne faut pas forcement voir d’un mauvais œil selon Paul-André Fluixa, le secrétaire général du syndicat d’opposition agricole Via Campagnola

Paul-André Fluixa était ce mardi l’invité des petits déjeuners de RFCM. Retrouvez l’intégralité de son interview à 7h50.