Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Portrait de Christian Elhinger, le peintre franc-comtois du salon de l’agriculture de Paris

Christian Elhinger est un habitué du Salon International de l’Agriculture. Chaque année, l’artiste franc-comtois de 89 ans se rend sur place pour portraiturer les animaux exposés à Paris. Depuis le lancement du salon en 1946, il n’a raté aucune édition.

La 57ème édition du Salon International de l'Agriculture se déroule du 22 février au 1er mars à Paris
La 57ème édition du Salon International de l'Agriculture se déroule du 22 février au 1er mars à Paris © Maxppp - Jean-Louis Gorce

Christian Elhinger n’est ni visiteur ni exposant et pourtant il est connu au salon de l’agriculture de Paris. Fasciné par l’art et la nature, le peintre d’Andelnans se déplace chaque année pour esquisser puis peindre les animaux exposés au salon. 

Une passion qui l’accompagne dès son plus jeune âge

Christian Elhinger a grandi les yeux rivés sur son père, Maurice, un fameux portraitiste. "Mon éducation artistique est venue principalement en regardant mon père travailler", confie Christian Elhinger. Enfant, le peintre se servait de ses cahiers d'école pour dessiner des animaux. Son amour pour l’art l’emmènera par la suite à l’école des Beaux-Arts de Paris. "A cette époque-là, beaucoup d’élèves allaient avec leur carnet de croquis dessiner des animaux. Alors quand a eu lieu le salon de l’agriculture, plusieurs élèves dont je faisais partie, se sont rendus sur place pour dessiner sur motif les animaux", raconte l’artiste. 

Quelques années plus-tard, il réalisera une thèse pour son concours de professorat sur les machines agricoles du territoire de Belfort. Un travail qui lui fera sillonner toute cette région. 

Il m’est arrivé qu’une chèvre broute une partie de mon dessin - Christian Elhinger

Pour sélectionner ses sujets au salon de l’agriculture, Christian Elhinger a son propre rituel. "Je me promène entre les stands et puis là où je repère un animal qui me séduit particulièrement, je m’arrête pour le portraiturer". Pour ses toiles, Christian préfère les grands animaux avec du volume. "J’ai une attirance particulière pour les grands chevaux de trait, dont le comtois, et puis pour les taureaux imposants, comme ceux d’Aubrac qui rappellent certains animaux préhistoriques", précise l’artiste. 

Chaque jour, Christian doit s’adapter aux conditions sur place pour réaliser entre cinq et six portraits par jour maximum. "Ce qui me prend le plus de temps c’est d’attendre que l’animal qui bouge tout le temps, reprenne la pose. Heureusement que je suis capable de travailler souvent de mémoire", précise le peintre. 

Parfois, la tâche s’avère plus compliquée que prévu. "Il m’est arrivé qu’un jour, une chèvre broute une partie de mon dessin, se remémore Christian en lâchant un petit rire. J’ai dû prendre une autre feuille et recommencer mon travail"

La collection personnelle de Christian Elhinger compte aujourd’hui plus d’une centaine de portraits, qu’il garde soigneusement chez lui. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu