Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

On pourra boire du vin des coteaux de Giverny en 2022

Du vin au pays de l'impressionnisme. À Giverny, Camille Ravinet, 24 ans, fait revivre la vigne sur les coteaux. 6400 pieds de vigne ont été plantés. Les premières bouteilles de Chardonnay sont attendues pour 2022.

Sur la parcelles Les Vignettes, plein sud, les premiers pieds de vigne ont été plantés mi-mars 2019
Sur la parcelles Les Vignettes, plein sud, les premiers pieds de vigne ont été plantés mi-mars 2019 © Radio France - Laurent Philippot

Giverny, France

Il y a déjà eu des vignes à Giverny, un cépage cailloutin jusqu'au XIXe siècle, mais le vignoble a été décimé par le phylloxera. Amoureux de ce coin de la vallée de Seine,  Camille Ravinet, 24 ans, s'est lancé le défi de faire revivre la vigne sur les coteaux qui surplombent l'église, "on a recherché dans les vieux cadastres, et on a retrouvé cette parcelle" explique le jeune viticulteur, "et on a replanté les rangs dans le même sens", sur ce terrain qui était devenu une prairie, une parcelle très bien exposé, plein sud, à 150 mètres d'altitude et avec une très bonne déclivité. 

La réhabilitation d'un patrimoine naturel

La parcelle Les Vignettes, 80 ares, a été replantée, sur le même coteau, idéalement exposé, avec un cépage différent. Les techniques de culture et de vinification sont adaptées à notre époque. Comme la parcelle était une prairie, en zone Natura 2000, le vin des coteaux de Giverny aura le label Agriculture Biologique. Camille Ravinet est le fervent défenseur de l’agriculture du vivant, qui prône le non labour : "une nouvelle agriculture, portée par les jeunes, diversifiée, avec des parcelles plus petites, pour que ça soit gérable en bio, voire en biodynamie". Le plus gros du travail, c'est éviter l'enherbement qui peut opposer une concurrence hydrique aux jeunes plants.  Une fois par mois,  à l'aide d'un cheval, la parcelle est désherbée

Le reste du temps, le binage des mauvaises herbes se fait à la main

Le binage mécanique ça nous prend une semaine, avec du glyphosate, ce serait une demi-journée" - Camille Ravinet

Antoine est venu donner un coup de main à Camille. Après une journée dans la parcelle à biner, il paraît qu'on dort bien le soir.  - Radio France
Antoine est venu donner un coup de main à Camille. Après une journée dans la parcelle à biner, il paraît qu'on dort bien le soir. © Radio France - Laurent Philippot

Pas de produit chimique pour les vignes de Camille. "Les pulvérisations se font à la main, pour écarter certains insectes pathogènes. On fait des décoctions de plantes qu'on cueille sur les coteaux" détaille Caille Ravinet "ou qu'on achète déshydratées". Une façon aussi de préserver la faune et la flore auxiliaires qui seront à terme bénéfiques pour les vignes.  Seule inquiétude pour le viticulteur, le gibier - sangliers ou biches - qui pourrait traverser la parcelle, qui, pour éviter toute intrusion animale, a été clôturée. 

Une vigne qui s'inscrit dans le patrimoine naturel pour Camille Ravinet

Un cépage Chardonnay en Normandie

Avec le concours du domaine Verret, en Bourgogne, Camille Ravinet a fait le choix de clones et de porte-greffes qualitatifs, qui devraient donner un "petit rendement -6000 bouteilles- gage de qualité" s'enthousiasme le viticulteur normand. Le sol, chargé en silex, devrait développer la minéralité. Et ce vin des coteaux de Giverny, ce sera un Chardonnay, un cépage non aromatique, "vous pouvez en planter quinze kilomètres plus loin il n'aura pas le même goût". Une façon pour Camille Ravinet de révéler l'identité de cette parcelle et de ce terroir inconnus jusqu'en 1850.

Un des plants les plus développés du coteau, planté mi-mars - Radio France
Un des plants les plus développés du coteau, planté mi-mars © Radio France - Laurent Philippot

Le jeune entrepreneur compte bien jouer à fond la carte de Giverny : _"c'est une artiste de Giverny qui fera l'étiquette, et chaque année, elle sera différente, comme une collection_" dit-il en expliquant avoir trouvé son inspiration chez Mouton-Rothschild. Une initiative qui devrait séduire les plus de 800.000 touristes qui passent à Giverny chaque année à la fondation Monet ou au musée des impressionnismes.  

Dans sa boutique,  Valentin Castro propose déjà du vin de chez Verret. Il attend avec impatience le vin des coteaux de Giverny.  - Radio France
Dans sa boutique, Valentin Castro propose déjà du vin de chez Verret. Il attend avec impatience le vin des coteaux de Giverny. © Radio France - Laurent Philippot

L'initiative a aussi séduit Valentin Castro. Le caviste de Vernon a hâte de vendre du vin de Giverny. "Je suis natif de la région bordelaise" explique Valentin Castro, "rajouter un vignoble dans le Médoc, ou dans le Saint-Émilion, les gens s'en foutent, par contre _en Normandie, c'est un évènement_". Le caviste assure que cela peut donner des choses très bien et que le Chardonnay va très bien s'adapter sur les coteaux. Résultat en 2022, au mieux, avec les premières bouteilles.