Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Premières vacances à plus de 50 ans pour un couple d'agriculteurs de l'Indre

vendredi 28 juillet 2017 à 5:00 Par Adèle Bossard, France Bleu Berry et France Bleu

Certaines vacances sont certainement plus attendues que d'autres ! Un couple d'agriculteurs du Boischaut Sud va profiter de l'aide au répit du ministère de l'agriculture pour souffler quelques jours. Leurs premières vacances.

Des vaches limousines
Des vaches limousines © Maxppp - Dominique Gutekunst

Indre, France

Un couple d'agriculteurs du Boischaut Sud, dans l'Indre, va se faire remplacer quelques jours pour prendre du repos et partir loin du Berry. Ils bénéficient de l'aide au répit, proposée par l'Etat aux agriculteurs en situation d'épuisement professionnel et financé via la MSA, la mutuelle sociale agricole. À plus de 50 ans, c'est la première fois qu'ils vont s'accorder du temps loin de leur exploitation.

Cette coupure, c'est un rêve !

- Alain

Alain et Cécile s'occupent de deux exploitations, une de céréales en Creuse et l'autre de vaches limousines dans l'Indre. En plus de 20 ans à la tête de sa ferme, Alain n'a jamais pris plus d'une journée de vacances. Mais il y a quelques semaines, il sent qu'il a besoin de souffler "J'étais au bout du rouleau, tellement fatigué que je ne pouvais plus faire mon travail. Cette coupure, c'est un rêve que je n'aurais jamais pu réaliser, laisser mes bêtes comme ça..."

Mais cette fois, la MSA s'occupe de trouver et de financer son remplaçant. Il viendra 5 jours, fin août. Cécile, d'abord réticence à laisser les vaches à un inconnu, compte maintenant les jours ! "C'est vrai qu'on en a vraiment besoin, tous les deux, résume-t-elle. Ne pas penser aux papiers, ni aux vaches, ni rien... J'ai déjà commencé à acheter des choses, des vêtements... et il faudrait qu'on aille ensemble acheter un maillot de bain, un short, tout ce qu'il faut pour passer de bonnes vacances !"

Cinq jours au Croisic, grâce à une aide de la MSA Berry-Touraine

Pendant ces 5 jours, ils vont partir au Croisic. Car en plus de cette aide de l'Etat pour le remplacement sur l'exploitation, ils bénéficient d'une autre aide de la MSA Berry-Touraine : un séjour en pension complète, avec d'autres agriculteurs et des moments d'échanges sont prévus pour parler de leur situation difficile. Pour Elisabeth Nandillon, assistante sociale de la MSA dans le secteur, "beaucoup ne s'autorisent pas ces temps de répit et on arrive à des situations d'épuisement professionnel qui peuvent générer du conflit dans la famille, dans le couple, et avoir un impact sur la santé. C'est un phénomène que l'on observe de façon assez régulière".

Ces derniers mois dans l'Indre, 8 agriculteurs ont déjà bénéficié de l'aide au remplacement proposée par l'Etat. Alain et Cécile, eux, pensent déjà en profiter à nouveau l'an prochain, pour s'offrir d'autres vacances quelque part en France, près de la mer.