Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Premières vendanges depuis 40 ans sur les coteaux de la Bastille à Grenoble

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Chez la famille Gras, propriétaire du restaurant le Per'Gras à Grenoble, cette année 2020 est dans tous les esprits. Des vignes ont été replantées sur les coteaux de la Bastille et les premières vendanges ont commencé. Un événement qui ne s'était plus produit depuis 1979.

Premières vendanges sur les coteaux de la Bastille à Grenoble sur les vignes de la famille Gras, propriétaire du restaurant le Per'Gras.
Premières vendanges sur les coteaux de la Bastille à Grenoble sur les vignes de la famille Gras, propriétaire du restaurant le Per'Gras. © Radio France - Bastien Thomas

"Mon grand-père était viticulteur, il avait cinq hectares de vignes sur les coteaux de la Bastille. C'est un petit retour à l'histoire" explique Laurent Gras, propriétaire du restaurant familial le Per'Gras et des vignes à proximité. Les dernières vendanges s'étaient déroulées en 1979, il y a 41 ans. Ce dimanche, bénévoles et élèves sommeliers du lycée hôtelier Lesdiguières à Grenoble ont participé à la récolte des premières grappes de raisin.

"Une belle fierté parce que l'on offre à notre établissement, à la Bastille et à Grenoble une belle carte postale." - Laurent Gras, propriétaire du restaurant le Per'Gras.

Un projet lancé il y a quatre ans par Laurent Gras et l'association des Amis de la Vignes des coteaux de la Bastille. Pour le moment, il y a un hectare de plantations pour quelques 6800 pieds de raisin en culture bio.

Si le ciel est dégagé, ce qui n'est pas le cas ce dimanche matin, il y a une vue magnifique sur Grenoble et ses montagnes depuis les vignes de la famille Gras.
Si le ciel est dégagé, ce qui n'est pas le cas ce dimanche matin, il y a une vue magnifique sur Grenoble et ses montagnes depuis les vignes de la famille Gras. © Radio France - Bastien Thomas

Ils étaient quarante bénévoles et volontaires pour arpenter les côtes pentues (près de 80%) ce dimanche matin. Il s'agit de la deuxième étape : c'est le cépage verdesse (raisin blanc) qui était récolté. Il y a encore une parcelle de terrain juste au dessus du restaurant avec des pieds de raisin rouge (cépages mondeuse, persan et douce noire). Deux semaines plus tôt, les plants de chardonnay ont été vendangés. Une prochaine journée est prévue pour le 27 septembre.

Raphaëlle est heureuse de participer à ce projet. "C'est génial ! Déjà parce qu'on a travaillé pour enlever les mauvaises herbes, les pierres. Et là on voit le raison, c'est super agréable. En plus, c'est un cadre idyllique" dit-elle, les yeux braqués sur Grenoble, vue depuis les coteaux.

Les bénévoles se sont levés tôt ce dimanche pour vendanger.
Les bénévoles se sont levés tôt ce dimanche pour vendanger. © Radio France - Bastien Thomas

"On fait quelque chose qui va revitaliser un peu le coteau et qui rappelle les années 70-80" note Bruno. Et il avoue : "je crois que j'ai volé un grain de raisin mais il ne faut pas le dire parce que le porteur est là. Il est bon, il est bon" plaisante-t-il.

Cultivé à la Bastille puis vinifié à Chapareillan avant de revenir à Grenoble

Une fois coupé, le raisin file du côté de Chapareillan dans la vallée du Grésivaudan, à la limite de la Savoie, pour y être vinifié chez Franck Masson, vigneron en vins de Savoie et grand ami de la famille Gras. "C'est un beau challenge de gérer le vignoble de la Bastille et même un honneur, une reconnaissance" dit-il. Il espère pouvoir remplir environ 7000 bouteilles cette année.

Avec son vin, Laurent Gras veut pouvoir le proposer à sa table et en vendre quelques unes aux professionnels ou aux particuliers. "Si on fait du vin et avec le restaurant, le lien est assez simple. L'objectif c'est, dès l'automne prochain, retrouver sur notre table le vin de la Bastille. Il faut aussi que les Grenoblois s'approprient ce patrimoine là. Et pourquoi pas sur de grandes tables à Grenoble" explique Laurent Gras.

Le domaine va s'agrandir chaque année puisque des vignes seront systématiquement replantées.
Le domaine va s'agrandir chaque année puisque des vignes seront systématiquement replantées. © Radio France - Bastien Thomas

Si le domaine est encore petit avec seulement un hectare, des vignes seront replantées chaque année pour revenir à la taille du temps du grand-père de Laurent Gras, soit quatre à cinq hectares.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess