Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : La ruralité : un enjeu électoral 2017

Près de 3.000 viticulteurs manifestent à Narbonne pour peser sur la présidentielle

samedi 25 mars 2017 à 21:54 Par Romain Berchet, France Bleu Gard Lozère, France Bleu Hérault, France Bleu Roussillon, France Bleu Occitanie et France Bleu

Les viticulteurs, en grande partie de la région Occitanie, ont manifesté ce samedi dans les rues de Narbonne (Aude) pour interpeller les candidats à la présidentielle. Ils veulent des réponses immédiates notamment à propos de la "concurrence déloyale" des vins espagnols.

Rassemblement des viticulteurs place de l'hôtel de ville à Narbonne
Rassemblement des viticulteurs place de l'hôtel de ville à Narbonne © Radio France - Romain Berchet

Narbonne, France

Entre 1.500 viticulteurs selon la police et 4.000 selon les organisateurs ont manifesté ce samedi à Narbonne pour interpeller les onze candidats à l'élection présidentielle.

La grande majorité a fait le déplacement de toute la région Occitanie. Il y avait des délégations du Gard, de l'Hérault ou encore du Tarn. Les viticulteurs sont inquiets face à l'effondrement des cours du vin depuis près de deux ans et à la "concurrence déloyale" des vins espagnols.

"Nous sommes venus jeter une grosse bouteille de vin dans la campagne électorale." Les mots de Frédéric Rouanet sont simples. Sur l'estrade installée place de l'hôtel de ville de Narbonne, le président du Syndicat des vignerons de l'Aude s'adresse directement aux candidats à la présidentielle. Dans le viseur des vignerons : l'Europe. "On ne peut pas payer nos salariés comme en Espagne", souligne Bernard, viticulteur dans le Gard.

"Il est hors de question de retomber dans une grave crise. Si nos revendications ne sont pas entendues, les discours changeront." - Frédéric Rouanet

Frédéric Rouanet, président du Syndicat des vignerons de l'Aude

La tête de cortège dans les rues de Narbonne - Radio France
La tête de cortège dans les rues de Narbonne © Radio France - Romain Berchet

En deux ans l'hectolitre de vin de table, le bas de gamme, est passé de 80 euros à une cinquantaine d'euros, voire moins. La crise commence à se faire ressentir sur les comptes en banque de certains viticulteurs comme Stéphane : "depuis le début de l'année on a perdu 20% de nos acomptes, c'est comme si vous perdiez 20% de votre salaire".

Les viticulteurs réclament aussi plus de lisibilité sur la provenance des vins dans les rayons des grandes surfaces.

Une colère profonde

Dans le cortège à Narbonne, le même sentiment. Les viticulteurs se sentent abandonnés par les candidats à la présidentielle. "Pour le moment ils se battent entre-eux mais il faudrait peut être qu'ils se remuent" déplore Marie, viticultrice dans l'Hérault.

"Il faudrait qu'ils se remuent" - Marie

Un sentiment d'abandon qui alimente la colère dans les rangs des producteurs d'Occitanie. "Il ne faudrait pas revenir comme il y a quelques années lors de la grosse crise viticole" prévient Samuel Masse, le président des Jeunes Agriculteurs de l'Hérault.

Marie, viticultrice à Olonzac dans l'Hérault

Des incidents après la manifestation

La manifestation s'est déroulée dans le calme. Mais quelques heures après la fin du cortège, des incidents ont été signalés. Un groupe de viticulteurs, visages masqués, a saccagé le rayon des vins du supermarché Carrefour Market de Narbonne. Ils ont aussi incendié des caddies sur un rond-point.

La veille de la manifestation, un courtier en vins de Béziers a été pris pour cible par le CRAV. La porte d'entrée de l'entreprise a été fracturée et les bureaux incendiés peu après 22 heures vendredi soir. Une action signée du CRAV, le comité régional d'action viticole.

  - Aucun(e)

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.