Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Près de 5 tonnes de poissons morts déjà repêchées dans la Seiche

mercredi 30 août 2017 à 19:28 Par Hélène Fromenty, France Bleu Armorique et France Bleu

Depuis mardi, une entreprise spécialisée intervient pour nettoyer et dépolluer la rivière brétilienne. Des tonnes de cadavres gisent encore dans l'eau après l'incident provoqué par l'usine Lactalis de Retiers. L'opération, prise en charge par le géant du lait, doit durer plusieurs jours.

Les poissons récupérés sont stockés par centaines de kilos dans de grands bacs en plastique.
Les poissons récupérés sont stockés par centaines de kilos dans de grands bacs en plastique. © Radio France - Hélène Fromenty

Janzé, France

Le nettoyage de la Seiche continue. Depuis une dizaine de jours, des tonnes de poissons sont morts dans cette rivière d'Ille-et-Vilaine. Une hécatombe due à un rejet de matière organique provenant de l'usine Lactalis de Retiers.

Mardi après-midi, une entreprise spécialisée, envoyée par le groupe laitier, est arrivée sur place. Une trentaine de personnes, pour récupérer les cadavres d'animaux et ré-oxygéner le cour d'eau.

L'opération de nettoyage pourrait encore durer plusieurs jours.  - Radio France
L'opération de nettoyage pourrait encore durer plusieurs jours. © Radio France - Hélène Fromenty

Les riverains inquiets

Près de la rivière, l'odeur est encore nauséabonde et les riverains toujours inquiets. Parmi eux, Simon Lacire vient tout juste de s'installer dans un vieux moulin, au bord de l'eau, avec sa famille.

Le témoignage de Simon Lacire, qui vient à peine d'emménager aux abords de la Seiche.

Simon vit dans ce moulin qui borde la Seiche. Sa fille Juliette a l'habitude de jouer près de l'eau.  - Radio France
Simon vit dans ce moulin qui borde la Seiche. Sa fille Juliette a l'habitude de jouer près de l'eau. © Radio France - Hélène Fromenty

"On vit dans la puanteur 24 heures sur 24, confirme Emilie, la compagne de Simon. Il y a des poissons morts au bout du jardin, et maintenant des dizaines de personnes en combinaison blanche et tous ces camions. On se croirait dans une série américaine !"

En effet, à quelques mètres derrière elle, plusieurs bonhommes en blanc naviguent sur un zodiac. Au compte goutte, ils ramènent des dizaines de cadavres de carpes, de gardons, sur le rivage et les stockent dans de grands bacs en plastique.

20 tonnes de poissons à récupérer

En deux jours d'intervention, quatre tonnes de poissons en état de putréfaction ont déjà été récupérés au fond de la rivière. "Et ce n'est qu'un début, d'après Jérémy Grandière, le président des pécheurs de Bretagne. On table sur 15 à 20 tonnes de cadavres."

Pour arrêter l'hécatombe, un peu plus loin, une autre équipe injecte de l'air dans l'eau à l'aide d'une pompe. "On a remarqué que de petits poissons étaient toujours vivants mais en difficulté respiratoire. Pour les sauver, il faut ré-oxygéner le cour d'eau."

Pour ré-oxigéner la rivière, il faut injecter de l'air via un tuyau installé à la surface de l'eau.  - Radio France
Pour ré-oxigéner la rivière, il faut injecter de l'air via un tuyau installé à la surface de l'eau. © Radio France - Hélène Fromenty

Facture salée pour Lactalis

Pour le pécheur, ce sauvetage est "beaucoup trop tardif", même s'il se dit rassuré aujourd'hui. "Nous avons toute confiance en l'entreprise qui est sur place, reprend Jérémy Grandière. Ils sont très sérieux et mesurent totalement la gravité de la situation. Lactalis prend enfin ses responsabilités. Les pollueurs vont payer."

La pollution s'étend sur 8 kilomètres de rivière.  - Radio France
La pollution s'étend sur 8 kilomètres de rivière. © Radio France - Hélène Fromenty

Et à plus de 10 000 euros la journée de nettoyage, la facture s'annonce salée pour Lactalis. Sans compter les possibles amendes. Hier, la préfecture d'Ille-et-Vilaine a annoncé que l'usine de Retiers serait inspectée et qu'un procès verbal serait dressé à son encontre.

Pour rappel, la fédération de pêcheurs d'Ille-et-Vilaine avait porté plainte contre Lactalis et deux autres associations, Eaux et Rivières de Bretagne et Vitré Tuvalu, ont fait de même hier.