Agriculture – Pêche

Présence de cuivre dans les huîtres du Bassin d'Arcachon : pas d'inquiétude pour les consommateurs

Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde jeudi 29 septembre 2016 à 4:00

Des taux de cuivre bien en dessous des seuils autorisés
Des taux de cuivre bien en dessous des seuils autorisés © Radio France - Stéphane Hiscock

Les chercheurs pointent une augmentation sur 30 ans du taux de cuivre dans les huîtres produites dans le fond du Bassin d'Arcachon. Pas d'inquiétude pour les consommateurs mais les service du SIBA sont vigilants et préparent une campagne de sensibilisation en direction des jardiniers du dimanche.

Des analyses pointent une augmentation de la présence de cuivre dans les huîtres élevées dans la partie orientale du Bassin d'Arcachon. Les taux observés restent inférieurs au seuils sanitaires réglementaires, mais la présence de ce métal lourd a augmenté depuis 30 ans. C'est l'organisme public IFREMER, chargé d'analyser la qualité des eaux du Bassin, qui a observé ce phénomène. Rien d'alarmant mais cette présence du cuivre dans les huîtres nécessite une prise de conscience collective.

Selon Patrice Gonzales, chercheur au CNRS à la station marine d'Arcachon, ce métal lourd peut provoquer des malformations sur les larves d'huîtres. Son équipe vient de réaliser une étude sur le sujet.

A partir d'une certaine dose de cuivre on constate des malformation sur les larves. Elle sont moins capable de nager et de se fixer et de générer du naissain par la suite.
— Patrice Gonzales

Et le phénomène s'aggrave si l'eau est moins salée que d'habitude ou qu'elle est plus froide. Mais comment expliquer la présence du cuivre dans le Bassin d'Arcachon ? La faute d'abord aux peintures antisalissures des bateaux et à la fameuse bouillie bordelaise des jardiniers du dimanche. Sabine Jeandenand, directrice du syndicat intercommunal du Bassin d'Arcachon (SIBA), prépare une campagne de sensibilisation auprès du grand public.

Il faut que nous modifions nos pratiques et que nous arrêtions de penser que des produits estampillés bio, comme la bouille bordelaise (très dense en cuivre), n'ont pas d'effets sur l'environnement
— Sabine Jeandenand

Tout cela ne doit pas nous empêcher de manger des huîtres mais on comprend bien la nécessité de surveiller de près ce milieu si fragile qu'est le bassin d'Arcachon.

Une prise de conscience nécessaire

Partager sur :