Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Privas : les agriculteurs manifestent dans des supermarchés contre les importations étrangères

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Les jeunes agriculteurs de l'Ardèche ont manifesté ce mercredi dans plusieurs supermarchés de Privas. Ils dénoncent la concurrence des producteurs étrangers qui ne sont pas soumis aux mêmes normes et qui vendent donc moins cher des produits de moins bonne qualité.

Les agriculteurs ont distribué des tracts et étiqueté des produits pour interpeller les consommateurs
Les agriculteurs ont distribué des tracts et étiqueté des produits pour interpeller les consommateurs © Radio France - Nicolas Joly

Privas, France

Les agriculteurs ardéchois se battent contre la concurrence étrangère. Ce mercredi ils ont fait irruption dans plusieurs supermarchés de Privas pour protester contre la vente de certains produits. Fabriqués hors de l'UE, qui ne respectent pas les normes sanitaires françaises et forcément moins chers que les produits locaux. Une vingtaine de militants de la Fnsea et des Jeunes agriculteurs ont distribué des tracts et protesté...en collant des étiquettes.

De fausses informations sur les produits

Des étiquettes vertes pour les bons produits, des rouges pour les autres. Dans le supermarché Lidl de Privas, Sylvain Bertrand, le président des jeunes agriculteurs de l'Ardèche, fait le tri : "On a un pot de miel avec écrit "origine Union Européenne" et "non-Union Européenne" dans le même pot.  Donc ça vient du monde mais on ne sait pas d'où. Le consommateur ne peut pas savoir ce qu'il mange."

Les agriculteurs dénoncent le fait que des produits soient importés alors qu'il pourraient être produits directement en France - Radio France
Les agriculteurs dénoncent le fait que des produits soient importés alors qu'il pourraient être produits directement en France © Radio France - Nicolas Joly

Ce que dénoncent les militants, c'est le fait de devoir obéir à des normes qu'ils jugent strictes pour pouvoir distribuer leurs produits, mais surtout le fait que de nombreux produits étrangers distribués en France ne sont pas soumis à ces mêmes règles. En découle ainsi une concurrence que Sylvain Bertrand juge déloyale. "Si on prend l'exemple des pâtes, on importe en France du blé dur du Canada. Là-bas, le glyphosate est autorisé directement sur les cultures. Alors qu'en France il n'est autorisé que sur la terre, entre deux cultures. Forcément, ce blé est moins cher, mais le consommateur ne sait pas d'où il vient."

Le bio est aussi trompeur

Trouver des produits étrangers dans une grande surface, ce n'est pas une surprise. Mais les magasins bio ont aussi leurs défauts. Gaëtan, vigneron, compare les bouteilles de vin chez BioMonde. "Ce vin espagnol est noté "bio", mais on a pas le même cahier des charges en Espagne qu'en France. Si on le compare à un bio du Pays d'Oc, il est cinq fois plus traité."

L'objectif de cette action : interpeller les consommateurs - Radio France
L'objectif de cette action : interpeller les consommateurs © Radio France - Nicolas Joly

Devant le rayon, les clients comme Arthur observent et s'interrogent : "On en saurait sans doute plus sur les produits si les agriculteurs pouvaient donner le détail de leur fabrication, plutôt que les industriels qui tiennent les comptes. On nous met des œillères pour nous faire consommer ce qui est le plus rentable." Mais il reconnaît que consommer uniquement du bio et du local, ce n'est pas possible sans sacrifier une partie de son budget : "si je fais ça, je n'ai plus de sous".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu