Agriculture – Pêche

Prix du lait : 70 éleveurs rassemblés devant l'usine Elle et Vire à Condé-sur-Vire

Par Lucie Thuillet, France Bleu Cotentin lundi 12 septembre 2016 à 15:16

Près de 70 éleveurs manchois, réunis devant l'usine Elle et Vire à Condé-sur-Vire, espèrent peser dans les négociations sur le prix du lait
Près de 70 éleveurs manchois, réunis devant l'usine Elle et Vire à Condé-sur-Vire, espèrent peser dans les négociations sur le prix du lait © Radio France - Lucie Thuillet

Près de 70 éleveurs laitiers se sont réunis ce lundi 12 septembre devant l'usine Elle et Vire à Condé-sur-Vire, près de Saint-Lô. Ils veulent mettre la pression sur les groupes de transformation Savencia et Agrial alors que les prix du lait pour la fin 2016 se négocient en ce moment.

Deux semaines après la confrontation et l'accord obtenu avec le géant Lactalis et alors que la crise laitière dure depuis près d'un an et demi maintenant, des éleveurs de la Manche ont voulu rappeler à l'ordre d'autres transformateurs laitiers, en l'occurrence, le numéro 2 français du lait, le groupe Savencia et le groupe Agrial, propriétaire de l'usine Elle et Vire,  Agrial revendant une partie de son lait à Savencia. Ils se sont réunis, paisiblement, devant l'usine de Condé sur Vire et ont pu discuter avec deux responsables d'Agrial et de Savencia.

Responsables de la FDSEA et représentants des transformateurs Savencia et Agrial ont pris la parole chacun leur tour. - Radio France
Responsables de la FDSEA et représentants des transformateurs Savencia et Agrial ont pris la parole chacun leur tour. © Radio France - Lucie Thuillet

C'est en ce moment la période de négociation du prix du lait pour le quatrième trimestre  2016. Organisations de producteurs et transformateurs se réunissent chaque semaine. "On nous présente des prix beaucoup trop bas en ce moment, explique Ludovic Blin responsable de la section lait à la FDSEA de la Manche, des prix qui sont en dessous de ceux de Lactalis ". Après de nombreuses actions des agriculteurs fin août,  le géant laitier a accepté de payer autour de  290 euros les mille litres de lait d'ici la fin de l'année,  ce qui fera une moyenne annuelle de 275 euros la tonne. "Il faut que le prix atteigne au moins 300 euros les mille litres", ajoute Ludovic Blin. Les éleveurs ont prévenu : ils laissent 15 jours aux transformateurs pour faire de "meilleures propositions". Sinon, ils reviendront.

Partager sur :