Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Produits phytosanitaires : Didier Guillaume plaide le "bon sens français" sur les ZNT

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a affirmé le 16 janvier lors d'un déplacement dans le Tarn qu'il n'y aurait "pas de contrôle tout de suite" concernant les zones de non-traitement (ZNT) autour des habitations. Le décret est paru au journal officiel fin décembre.

Didier Guillaume, le ministre de l'agriculture, en visite à Montans (Tarn).
Didier Guillaume, le ministre de l'agriculture, en visite à Montans (Tarn). © Radio France - Alexandre Berthaud

Le décret concernant les ZNT, paru le 29 décembre au journal officiel, interdit l'épandage de produits phyto-sanitaires à moins de 10 mètres des habitations pour les cultures de plus de 50 centimètres de haut, à moins de 5 mètres pour les autres. Il doit être respecté dès le 1er janvier pour les parcelles ensemencées en 2020 et à partir du 1er juillet pour celles qui l'ont été avant. Mais pour Didier Guillaume, ce décret, forcé par une décision du Conseil d'État, ne sera pas appliqué dans les faits dès cette année. Poussé par les viticulteurs tarnais, à Montans, à un moratoire sur le sujet, il a prôné le "bon sens français".

Il n'y aura pas de moratoire, il n'y aura pas de contrôle tout de suite sur cette affaire, et on verra comment on peut avancer

Le ministre de l'Agriculture faisait face à des viticulteurs du domaine agricole de Carcenac. Les viticulteurs ont estimé à "un million d'euros" les pertes causées par la création de ces ZNT. Le ministre les a poussés à trouver des accords locaux avec les habitants.

Sur Sivens, rien ne bouge

Un peu plus tôt, lors de sa visite, Didier Guillaume a rencontré les élus concernés par le projet de retenue d'eau à Sivens. Il a loué le "projet de territoire" mais a refusé de "parler au futur" concernant la présence ou non d'une retenue d'eau, réclamée par les agriculteurs. Depuis deux ans, les "pros" et "anti" retenue d'eau se rassemblent dans un processus de "co-construction". "Ça ne s'enlise pas, les projets sont longs", a défendu le ministre tout en répétant la nécessité d'une retenue afin de pourvoir en eau les agriculteurs de la vallée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu