Agriculture – Pêche

Deux Cévenols lancent une collecte en ligne pour ouvrir leur chèvrerie

Par Solène Cressant, France Bleu Gard Lozère mercredi 24 août 2016 à 14:22

Mickaël et Christine se son retrouvés 30 ans après leur première histoire d'amour. Aujourd'hui, ils se lancent dans la production de formages de chèvres
Mickaël et Christine se son retrouvés 30 ans après leur première histoire d'amour. Aujourd'hui, ils se lancent dans la production de formages de chèvres © Radio France - Solène Cressant

Mickaël et Christine rêvent d'avoir leur propre chèvrerie. Installés Chamborigaud (Gard), ils ont lancé une collecte sur un site de financement participatif pour réaliser leur souhait. Ils doivent réunir 8 000 euros avant fin septembre.

À Chamborigaud, dans les Cévennes, Mickaël et Christine ont lancé un appel aux dons sur la plateforme de financement participatif Ulule pour réaliser leur rêve : lancer une chèvrerie. Ce ne sont pas des amateurs, lui a été chevrier pendant 10 ans. S'il a encore un peu de matériel, il faut tout construire sur leur propriété de cinq hectares.

Mickaël et Christine, c'est d'abord une histoire d'amour. "Nous deux ça a commencé à l'âge de 15 ans, elle s'est terminée une première fois à 18 ans, mais on ne s'est jamais oublié. On s'est retrouvé par hasard il y a un an et demi, j'ai reconnu sa voix... depuis, on a perdu trente ans d'un coup ! On se regarde à nouveau avec les yeux de 15 ans!"

Un projet sérieux

Alors pour eux, ce projet "c'est l'enfant qu'on a jamais eu" estime Christine. Mais s'ils ont les yeux les brillent, Christine et son amoureux ont la tête sur épaule :

"En tant qu'ancien chevrier, je me connais, je sais ce que je peux faire. Le produit a été très bon et il le sera à nouveau. L'idée n'est pas de prendre quatre chèvres pour s'amuser, c'est du sérieux."

Et tout cela a un coût, qu'ils ne peuvent pas assumer seuls. D'où l'idée du financement participatif. "Pour construire la chèvrerie, rénover la fromagerie et il nous faut aussi refaire le chemin pour que les clients accèdent à la ferme."

En tout , ils doivent récolter 8 000 euros, avant la fin septembre sur la plateforme de financement en ligne. Le nom de leur projet est humoristique : "Rendez-nous chèvres" et la chèvrerie a déjà une page Facebook. Pour le nom de leur fromage, c"est déjà tout trouvé: "ce sera Labrotin, pour Labrot, mon nom de famille et Louboutin, mes chaussures préférées !"

Reportage à la ferme avec Mickaël et Christine

Si tout va bien, ils accueilleront leurs 45 chèvres au mois de novembre.

Pour les soutenir