Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sécheresse : les pluies d'automne redonnent vie au barrage d'irrigation de la Sep dans le Puy-de-Dôme

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Les agriculteurs veulent rester prudents mais les pluies de l'automne compensent un peu le manque d'eau du printemps.En trois semaines, le barrage de la Sep en Limagne se remplit petit à petit.

Le niveau d'eau a bien remonté au Barrage de la Sep
Le niveau d'eau a bien remonté au Barrage de la Sep - © Drèves-Hamon

Depuis trois semaines, les pluies de l'automne font grossir les rivières. En Limagne, le barrage de la Sep qui irrigue 2000 hectares de terre de l'Allier jusqu'à Riom commence à se remplir. "Il y a des signes qui ne trompent pas" précise Michel Cohade président du syndicat mixte pour l'aménagement de la Haute-Morge, "si vous allez sur le site, de nombreuses petites rivières se déversent dans le barrage. Ça veut dire que les nappes en haut sont remplies. Au 1e janvier, on aura passé le million de m3. C'est plutôt bon signe."

Michel Cohade, agriculteur à Saint-Bonnet-Près-Riom, préside le syndicat mixte pour l'aménagement de la Haute-Morge.
Michel Cohade, agriculteur à Saint-Bonnet-Près-Riom, préside le syndicat mixte pour l'aménagement de la Haute-Morge. © Radio France - Claudie Hamon

15% de sa capacité en trois semaines

Et il reste encore 4 millions de m3 pour le remplir totalement, c'est la raison pour laquelle, les agriculteurs restent prudents. "En trois semaines, le barrage a pris 15% de sa capacité. Normalement la pluviométrie est plus forte au printemps, mais les pluies d'automne rattrapent un peu. En plus c'est bon pour le semis de blé." 

Construit , il y a 24 ans pour irriguer les terres de Limagne, c'est la première fois que ce barrage reste à sec aussi longtemps. 200 exploitations en dépendent. "Toutes les plantations ont été impactées cette année. Le maïs, le blé, même les légumineuses ont soufferts, dans le meilleure des cas, moitié récolte. Il ne faudrait pas que ça recommence, car ce serait très compliqué pour nous." Alors que faire en cas de sécheresse prolongée ? "Nous réfléchissons à plusieurs pistes. Une retenue collinaire, le pompage dans une autre rivière ? On n'a pas vraiment de solution pour l'instant.

Le barrage de la SEP en août et en décembre
Le barrage de la SEP en août et en décembre - © Micheneau / Dréves-Hamon

Michel Cohade n'est pas fâché de voir cette année 2019 s'achever. "Une année catastrophique. Avec la fermeture de la sucrerie de Bourdon, la fin de la production de betterave en Limagne, une page historique et prospère se tourne. On essaie de trouver d'autres cultures pour remplacer. Moi je vais augmenter un peu le blé, le maïs, le tournesol et pourquoi pas planter des pois-chiche ? " 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess