Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Puy-de-Dôme : les vignerons n'arrivent pas à recruter des saisonniers

mercredi 5 septembre 2018 à 16:58 Par Mickaël Chailloux, France Bleu Pays d'Auvergne

La date des vendanges sera fixée mardi par la préfecture du Puy-de-Dôme. Elles devraient avoir lieu aux alentours du 15 et 20 septembre. Mais pourtant, il est difficile pour les viticulteurs de recruter des saisonniers cette année. Certains s'adaptent, comme Roland Royer.

Les saisonniers se font rares pour les vendanges
Les saisonniers se font rares pour les vendanges © Maxppp - Christian Watier

Ménétrol, France

Roland Royet possède trois hectares de vigne à Ménétrol. Il y récolte son vin Côtes D'Auvergne Chateaugay. Et alors que le cru 2018 va être probablement un très bon cru, il a décidé de ne pas s'inquiéter à propos des saisonniers. "Je n'en recruterai pas cette année" dit le viticulteur. 

Un investissement de 300 000 euros 

Se passer de saisonniers a un coût : celui de la machine qui va les remplacer. "C'est un investissement conséquent, un signe fort" explique Roland Royet. Ce mécanisme qui lui permet de vendanger "avec la même qualité qu'avec un humain" lui a coûté 300 000 euros. Mais il ne regrette pas. "Quand on emploie du personnel, on ne peut pas dire aux vendangeurs : "demain, tu ne vas pas travailler." On est obligé de vendanger de suite. Sinon, ils partent." 

Roland Royet et sa cuvée 2017 de Côtes d'Auvergne - Radio France
Roland Royet et sa cuvée 2017 de Côtes d'Auvergne © Radio France - Mickaël Chailloux

Un métier qui n'attire plus

Mais s'il a décidé de ne pas prendre de saisonniers, c'est aussi car on n'en trouve pas suffisamment de qualifié. Roland Royet passe par Pôle Emploi pour recruter ses saisonniers. Alors, les vendangeurs commettent parfois des erreurs ou ne sont pas très intéressés par le métier. "On a l'impression que c'est l'école maternelle" s'exclame le vigneron, fort de 30 ans d'expérience. Il en tire une peur pour l'avenir de son métier. "C'est dramatique car on se demande si ce métier intéresse les gens maintenant. Parce que c'est dur, c'est physique. Mais ça l'a toujours été !"