Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Puy-de-Dôme: les viticulteurs luttent pour protéger leurs vignes durement touchées par le gel

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Trois nuits consécutives de températures négatives ont brûlé bourgeons et premières feuilles, ruinant une partie de la future récolte 2021. Les vignerons puydômois luttent jour et nuit pour protéger leur vignoble, mais les températures jusqu'à moins huit degrés la nuit leurs compliquent la tâche.

Les feux allumés la nuit se consument dans les vignes de Châteauguay
Les feux allumés la nuit se consument dans les vignes de Châteauguay © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

Les chutes brutales de températures après plusieurs journées estivales ont frappé de plein fouet le vignoble français dans son ensemble. Les viticulteurs puydômois n'ont pas été épargnés. Les températures ont plongé depuis le week-end de Pâques, atteignant parfois jusqu'à moins huit degrés comme à Châteaugay, l'un des cinq crus du côtes d'Auvergne. 

Pierre Goigoux vigneron à Châteaugay, fait le même constat que ses collègues, le réchauffement climatique, mais surtout le dérèglement climatique, nuance-t-il, ont pour conséquence de faire démarrer la vigne plus tôt. Une précocité qui l'expose de plus en plus souvent au gel. En particulier le cépage Chardonnay dont les raisins mûrissent plus tôt. 

La technique du brûlage, des bottes de paille attendent d'être brûlées la nuit pour protéger les parcelles de vigne.
La technique du brûlage, des bottes de paille attendent d'être brûlées la nuit pour protéger les parcelles de vigne. © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

Avril, un mois à risque

Le mois d'avril est une période toujours un peu critique pour le vignoble. "Les hivers sont moins longs et moins froids, _on est touché maintenant une année sur deux par le gel"_, constate Pierre Goigoux, "il va falloir qu'on prenne des mesures comme faire une pré-taille des ceps de vigne en finissant de tailler après les gelées même si ça oblige à employer plus de monde". En attendant les vignerons puydômois se sont retroussés les manches ces derniers jours pour tenter de limiter les dégâts. 

Ils ont allumé de grands feux dans leurs vignes à l'aide de bottes de paille et de débris végétaux pour réchauffer l'atmosphère mais surtout créer un cocon de fumée et faire écran au soleil quand il se lève. C'est à ce moment là que les températures sont au plus bas car le soleil fait monter l'humidité du sol et provoque les gelées les plus fortes. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

40 à 50% de pertes

Malheureusement, ce procédé perd de son efficacité quand les températures sont trop basses comme en ce moment. Il existe d'autres techniques pour se protéger du gel comme l'arrosage des vignes avec des brumisateurs qui consiste à créer un cocon d'eau qui gèle autour des bourgeons et paradoxalement les protègent, mais les viticulteurs auvergnats ne l'utilisent pas, car ils ne sont pas équipés et les parcelles sont très morcelées.

Il est encore trop tôt pour estimer les pertes même si certains vignerons parlent de 40 à 50% de la production en rappelant qu'ils ne sont pas à l'abri d'un nouveau coup de gel dans les jours à venir. " Il faudra faire une croix sur la récolte de Chardonnay en 2021" affirme Josette Bonjean viticultrice à la retraite qui aide son fils Stéphane sur l'exploitation à Châteaugay. Mais c'est les aléas du métier quand son gagne-pain est dehors!

Josette Bonjean dans la vigne de son fils Stéphane montre les bourgeons brulés par le gel
Josette Bonjean dans la vigne de son fils Stéphane montre les bourgeons brulés par le gel © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas
Choix de la station

À venir dansDanssecondess