Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Pyrénées-Atlantiques : la brigade anti-loup passe à l'action en vallée d'Ossau

mercredi 26 septembre 2018 à 20:04 Par Maud Calves, France Bleu Béarn et France Bleu

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) guettent l'arrivée du loup, depuis ce mercredi, près des troupeaux. Par binômes, la nuit, ils sont répartis sur trois lieux de passages de l'animal.

Nicolas Jean, responsable de la brigade et Xavier Horgasson, chef du service départemental de l'ONCFS.
Nicolas Jean, responsable de la brigade et Xavier Horgasson, chef du service départemental de l'ONCFS. © Radio France - Maud Calvès

Castet, France

La brigade anti-loup est arrivé mardi soir à Pau. Les agents ont rencontrés les bergers qui avaient demandé leurs aides après des attaques de loup. Aussitôt dit, aussitôt fait, le soir même de la rencontre ils passent leur première nuit près de trois troupeaux, en espérant voir le loup dans le secteur de Louvie-Juzon et de Castet. Ce n'est pas une traque mais plutôt de l'observation. Par équipe de deux, les six agents de l'ONCFS passent leur nuit à attendre le loup, immobiles, munis de lunettes thermiques et de fusils de chasse. S'ils le voient, ils l'abattent, mais ils n'iront pas le chercher.

Nicolas Jean, chef de la brigade anti-loup

Un seul animal

Ça fait des mois qu'ils collectent des indices. À plusieurs reprises, ils ont eu des preuves, des traces par exemple de l'animal. Il y a surtout eu les attaques, une centaine de brebis mortes, une autre centaine blessées. Des prélèvements ont été faits, ce qui a permis aux agents de dire qu'il n'y aurait qu'un seul loup dans le secteur. Mais l'animal est imprévisible. Les estives sont bientôt finies, les brebis redescendent en plaine, il devient donc difficile d'attirer le prédateur. Le responsable de cette brigade anti-loup prévient : ils pourraient le trouver dans quelques heures, quelques jours ou dans plusieurs semaines.