Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Pyrénées : de nouvelles mesures prises contre Goiat, "ours à problème"

Le préfet des Hautes-Pyrénées annonce ce lundi avoir lancé une consultation pour étendre le protocole "ours à problème" concernant Goiat à l'ensemble du département. L'animal est qualifié d'anormalement prédateur. Cela doit permettre de nouveaux tirs d'effarouchement.

L'ours Goiat filmé par les caméras automatiques de l'ONCFS à proximités de ruches protégées, en août 2017.
L'ours Goiat filmé par les caméras automatiques de l'ONCFS à proximités de ruches protégées, en août 2017. - © ONCFS

Bareilles, France

Le préfet des Hautes-Pyrénées, Brice Blondel, aimerait passer la vitesse supérieure concernant les mesures à prendre contre l'ours Goiat, réintroduit en Espagne en 2016. C'est un "ours à problème" selon les termes, à cause d'un comportement qualifié d'anormalement prédateur. Il est, selon la préfecture, responsable de près de 40 attaques dans les Hautes-Pyrénées depuis trois ans, tuant une cinquantaine de brebis, deux chevaux, et s'attaquant à des ruches.

Une consultation lancée

Dans le jargon administratif – et pudiquement – les textes parlent d'une "procédure de conditionnement aversif". En clair, des tirs d'effarouchement pour éloigner Goiat d'habitations ou d'estives. Une première salve a été autorisée en début de mois, trois nuits durant, pour éloigner l'ours de Bareilles où il avait sévi. Et cela a marché, il n'est pas revenu.

Sauf que la préfecture fait aujourd'hui le constat que le comportement prédateur de Goiat ne se limite pas à la seule commune de Bareilles. Et le préfet veut donc étendre le protocole "ours à problème" à l'ensemble du département pour éloigner Goiat des zones à risque. Pour cela une consultation publique a été lancée, vous pouvez y participer via le site de la préfecture du 65, et le Conseil scientifique régional du patrimoine naturel (CRSPN) va également être sollicité pour se prononcer. Si toutes les conditions sont réunies, alors Brice Blondel pourra prendre un nouvel arrêté préfectoral pour encadrer de nouveaux tirs d'effarouchement. Ils se feront toujours sous le contrôle des agents de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) qui devra rendre des comptes après chaque intervention.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu