Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Quand le Salon de l'Agriculture prend des allures de camping

jeudi 2 mars 2017 à 23:19 Par Claudia Calmel, France Bleu Mayenne

C'est une partie du Salon inconnue du public : les dortoirs et les sanitaires réservés aux éleveurs. France Bleu Mayenne vous emmène en coulisses pour vous faire vivre le quotidien des agriculteurs mayennais sur place.

Philippe, Jean-Luc et Kevin, éleveurs de vaches normandes
Philippe, Jean-Luc et Kevin, éleveurs de vaches normandes © Radio France - Claudia Calmel

Paris, France

C'est une sorte de petite ville dans la ville. Avec ses "restaurants", ses salles de repos, et ses sanitaires. Depuis une semaine, certains agriculteurs vivent, mangent et dorment Porte de Versailles dans les "réserves", les coulisses du Parc des Expositions. C'est le choix qu'ont fait Jean-Marie Pilorge, Philippe Grangé, Kevin Coulon et Etienne Huet, les éleveurs mayennais de vaches Normandes que nous suivons depuis le début du Salon.

"C'est un peu comme au camping !"

A quelques dizaines de mètres des stands, les organisateurs du Salon ont installé un bloc sanitaire. Des douches et des toilettes réservés aux éleveurs : "Habituellement, il n'y en avait pas autant. Là, c'est nickel !" selon Jean-Marie, éleveur à Landivy. selon Jean-Marie, éleveur à Landivy.

Le dortoir des éleveurs de la race Normande est situé tout près. Au sol, des rangées de matelas gonflables où les éleveurs bovins dorment serrés... comme des poulets de batterie ! Certains d'entre-eux grappillent quelques minutes de sommeil avant l'ouverture du salon et l'arrivée des visiteurs. Pour continuer la visite, il faut slalomer entre les lits de fortune : "Il faut regarder où on met les pieds, il n'y a pas beaucoup d'espace !", chuchote Jean-Luc, un éleveur breton. "Ah, c'est sûr qu'il y a de la chaleur humaine... Et un peu de bordel aussi !", plaisante Jean-Marie. "C'est pour ça qu'il vaut mieux être fatigué quand on arrive ici pour se coucher !".

Il est à peine plus de 8 heures et la nuit a été courte. Comme chaque soir, les agriculteurs ont fait la fête : c'est une tradition au Salon de l'Agriculture. Le confort est un spartiate, mais l’ambiance ne déplaît pas à Jean-Marie : "Ici, c'est un peu comme au camping. C'est pour ça qu'on a l'impression d'être en vacances quand on vient au Salon !"

Et c'est justement pour ce quotidien un peu bohème que Jérôme, un agriculteur du Finistère, ne se verrait pas rater le salon : "Ça fait partie du charme du Salon. On n'est pas là pour dormir, de toute façon ! On vient là pour s'amuser, faire la fête, rencontrer des gens ! C'est comme un grand repas de famille, on en profite jusqu'au bout. Et c'est un plaisir de faire ça. Si c'était organisé autrement, ça ne serait pas pareil !"

Les agriculteurs qui dorment dans les réserves du Salon de l’Agriculture devront avoir plié matelas lundi après-midi, au plus tard.