Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Quand les douanes contrôlent le cognac

lundi 27 mars 2017 à 19:28 Par Pierre Marsat, France Bleu La Rochelle

Dans la région de Cognac, toutes les activités des viticulteurs sont passées au peigne fin par les douanes. Des contrôles inopinés et aléatoires permettent à l'Etat de savoir si les quantités d'alcool déclarées correspondent bien aux taxes prélevées. Reportage avec une équipe de contrôleurs.

Des registres de comptes chez des viticulteurs charentais
Des registres de comptes chez des viticulteurs charentais © Radio France - Pierre MARSAT

Bréville, Charente

Dans les deux Charentes, sur la zone d'appellation "cognac", les douanes françaises disposent de quatre centres spécialisés : à Angoulême, Jonzac, Saintes, et Cognac. Leur mission, c'est de contrôler que les déclarations des viticulteurs correspondent bien à la réalité. Tout alcool est soumis à des taxations différentes : 2.300 euros l'hectolitre d'alcool pur de cognac, 700 euros pour le pineau, et 3,70 euros pour le vin.

Contrôlés tous les cinq ans en moyenne

Dans les chais, l'alcool est prélevé dans les barriques pour toute une série d'examens - Radio France
Dans les chais, l'alcool est prélevé dans les barriques pour toute une série d'examens © Radio France - Pierre MARSAT

A Bréville, à une dizaine de kilomètres au nord de Cognac, Agnès Rousteau-Fortin est viticultrice bio. Avec son mari, elle a fondé l'entreprise "J'y crois", pour commercialiser du cognac, du pineau, du vin , du jus de raisin, et du pétillant. Tous les livres de comptes sont épluchés. Dans les chais, les barriques sont inspectées. L'alcool est prélevé, tout doit apparaître sur la façade du fût (l'année, le nombre de degrés, le nombre d'hectolitres). C'est l'alcoomètre qui est l'arbitre, une longue règle avec les décimètres et les décalitres. Et après ce sont les vignes qui sont contrôlées.

Reportage à Bréville chez des viticulteurs bio

"C'est de la paperasse supplémentaire" - Agnès Rousteau-Fortin, viticultrice bio

Dans les deux Charentes, sur la zone d'appellation "cognac", les douanes disposent de quatre centres spécialisés : à Angoulême, Jonzac, Saintes, et Cognac. Au total, une petite cinquantaine de contrôleurs pour quelque 5.000 exploitations viticoles.

Le contrôle des livres de comptes