Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Quantilly : Elle a misé sur le bon cheval !

mercredi 20 juillet 2016 à 18:20 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Elle veut remettre à l'honneur la traction animale dans la vigne. Une jeune femme de 23 ans va bénéficier d'un prêt à taux zéro de 5.000 euros avec la BGE du Cher, une association qui soutient les créateurs d'entreprise.

Pauline, aux côtés de Caramel, sa jument comtoise de 4 ans
Pauline, aux côtés de Caramel, sa jument comtoise de 4 ans © Radio France - Michel Benoit

Quantilly, France

Pauline Fortin habite Quantilly, près de Bourges et a créé en février dernier sa société : Trait Nature. Elle propose de travailler le sol dans les vignobles avec un cheval, une pratique qui a totalement disparu dans les Cher, mais qu'elle espère faire renaître, comme c'est le cas dans d'autres régions de France. Pauline a acheté Caramel en début d'année, une jument comtoise de 4 ans, courageuse et attentive. Elle pèse 700 kilos et devrait encore se muscler en travaillant davantage. Principale activité : la griffe pour nettoyer entre les vignes et le labour avec une petite charrue à 1 soc : une décavailleuse.

La décavailleuse, une sorte de petite charrue - Radio France
La décavailleuse, une sorte de petite charrue © Radio France - Michel Benoit

Il faut compter 3 jours pour décavaillonner un hectare. Le coût est plus élevé qu'avec un tracteur, mais le travail est beaucoup plus précis. Le cheval passe au ras du cep de vigne. Le sol est également moins tassé. On respecte sa structure et la vie souterraine. Des arguments qui séduisent notamment les viticulteurs bio. Pauline a encore peu de clients mais espère bien tracer son sillon comme c'est le cas dans d'autres régions.

la griffe qu'utilise Pauline, avec son cheval pour nettoyer les rangs de  vignes - Radio France
la griffe qu'utilise Pauline, avec son cheval pour nettoyer les rangs de vignes © Radio France - Michel Benoit

Pauline a investi 19.000 euros pour lancer son activité : il lui faut au moins 800 heures de travail l'année prochaine pour atteindre l'équilibre financier.La BGE du Cher lui octroie également un prêt garanti de 7.500 euros.