Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Que donne la loi Egalim, Agriculture et Alimentation, en Mayenne un an après sa mise en place ?

-
Par , France Bleu Mayenne

Un bilan de la loi Egalim Agriculture et Alimentation a été fait en Mayenne, un an après sa mise en place. Agriculteurs, industriels et distributeurs ont conclu à un bilan mitigé ce 29 novembre. Il y a du mieux pour le lait mais le prix de la viande bovine à l'inverse n'est pas rémunérateur.

Les grandes surface, comme Lidl, ont aussi participé à cette réunion ce vendredi 29 novembre en préfecture de la Mayenne.
Les grandes surface, comme Lidl, ont aussi participé à cette réunion ce vendredi 29 novembre en préfecture de la Mayenne. © Radio France - Aurore Richard

Département Mayenne, France

La loi Egalim, Agriculture et Alimentation a été mise en place il y a tout juste un an, en octobre 2018, c'est donc l'heure du bilan en Mayenne. Cette loi doit notamment permettre une plus juste rémunération des agriculteurs grâce à des contrats avec les distributeurs proposés par les agriculteurs eux-mêmes, ou des promotions mieux encadrées. Un an après, le bilan est mitigé

Pour la viande porcine, la rapide envolée des cours pose des difficultés pour se caler rapidement sur les prix. Pour la volaille, les coûts d'installation sont encore trop importants mais du côté de la filière laitière, il y a du mieux pour certains producteurs. Francis Amand, médiateur des relations commerciales agricoles nous explique pourquoi : 

La raison principale, c'est que la loi Egalim organise une rémunération des contrats. Elle ne peut produire d'effet que là où des contrats existent et le secteur laitier, c'est le seul secteur où les contrats sont obligatoires. 

Pour Francis Amand, à l'avenir, il faut miser sur encore plus de regroupement des agriculteurs en organisation pour véritablement peser dans les négociations. 

La viande bovine ne rémunère pas 

En revanche, pour la viande bovine, le constat n'est pas bon : le prix n'est pas rémunérateur. L'une des pistes à étudier pour changer cela, selon Jérôme Landais, le président du syndicat agricole FDSEA 53, c'est le renforcement des contrôles prévus par cette loi.

On demande à ce que toute la filière soit contrôlée, autant que nous, agriculteurs, sommes contrôlés. Il faut que les industriels et les grandes surfaces le soient et au-delà des contrôles, il faut aussi une relation de confiance. 

Jérôme Landais aimerait aussi plus de transparence sur les prix et marges de chacun.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu