Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rats taupiers : la bromadiolone, substance chimique, bientôt interdite, malgré les réticences de la FNSEA

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

C'est un produit chimique peu connu du public mais qui provoque l'ire de la FNSEA. La bromadiolone a été retirée du marché pour les professionnels. Le principal syndicat agricole dénonce "une décision catastrophique" pour la lutte contre le campagnol terrestre.

Le rat taupier, ou campagnol terrestre, pullule en Auvergne
Le rat taupier, ou campagnol terrestre, pullule en Auvergne © Maxppp - Jean-Louis Gorce

Ce sont les "ennemis public numéro 1" en Auvergne. Les rats taupiers, ou plutôt selon leur nom savant "campagnol terrestre", ont proliféré depuis les années 70, dans le Cézallier, le Sancy ou encore le Mezenc. Depuis plusieurs années, on le trouve aussi en plaine, dans l'Allier ou le Puy-de-Dôme. Herbivore, cet animal peut dévorer quotidiennement son poids en racines, étant devenu un énorme souci pour les agriculteurs du coin. Certains ont donc décider de monter un collectif. 

Pour lutter contre ce nuisible, les agriculteurs ont pris l'habitude d'utiliser la bromadiolone. Ce produit chimique est très efficace, mais aussi très dangereux. C'est pourquoi l'ANSES, autorité sanitaire réglementaire, a décidé de retirer la mise sur le marché de ce produit, un an plus tôt que prévu. En effet, selon une directive européenne, la bromadiolone devait déjà être interdite dès 2022. Elle le sera dès le 1er janvier 2021.

Ce que dénonce la FNSEA. Le syndicat agricole explique que dix mois, c'est court pour anticiper. "Rien ne serait pire que de se retrouver sans alternative" à ce produit, explique Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA, et éleveur dans le Cantal. "Ces animaux dévastent nos prairies, la biodiversité. Ce n'est pas le moment de laisser faire ce genre de pullulation", surtout après l'année catastrophique en terme de sécheresse vécue par les Auvergnats. 

L'ANSES "a raison" explique l'ONG Générations Futures

Pour l'ONG Générations Futures, l'ANSES est dans son bon droit. "A un moment, il faut savoir dire stop. L'ANSES a raison de siffler la fin de la partie" concernant ce produit réagit François Veillerette, un des coordinateurs de ce mouvement. Il argue que l'interdiction de ce produit a été annoncé il y a bien longtemps. La bromadiolone est très toxique pour l'homme. 

De plus, il veut éteindre les craintes de la FNSEA. "Il y a des substances très prometteuses qui vont arriver sur le marché, à base de molécules chimiques, mais aussi des produits innovants, qui pourraient perturber la reproduction des campagnols. Ils pourraient apparaître en 2021" explique-t-il, et donc permettre aux agriculteurs d'éviter de se retrouver sans moyens de lutte contre ce nuisible. 

En attendant, la FNSEA demande "au Ministère d'apporter des solutions concrètes de toute urgence"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess