Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Récolte de miel de printemps : une année catastrophique en Lorraine

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

La météo de ces dernières semaines en Lorraine compromet très largement la production de miel de printemps. Elle ne sera parfois que de 10% de la récolte habituelle. Après un printemps 2020 exceptionnel.

Chez la famille Coche, la production de miel de printemps atteindra au mieux un tiers de la récolte habituelle
Chez la famille Coche, la production de miel de printemps atteindra au mieux un tiers de la récolte habituelle © Radio France - Isabelle Baudriller

La récolte de miel en ce printemps 2021 s'annonce catastrophique. "Quand on compare avec l'an dernier, 2020 c'était magnifique !" souligne Hubert Durut, président du syndicat Api-Est, qui regroupe 370 apiculteurs - amateurs pour la très grande majorité - basés essentiellement en Meurthe-et-Moselle. "Les apiculteurs qui ont commencé en 2020 ont mangé leur pain blanc. Et cette année, l'atterrissage est difficile !" 

En cause ? La météo de ces dernières semaines : gelées, pluie, grêle, froid. Les abeilles ne sortent plus butiner et lorsqu'une éclaircie se présente, elles ne trouvent pas suffisamment de nectar dans les fleurs. "Les abeilles crient famine ! Elles puisent dans leurs réserves et au bout, peuvent mourir de faim", poursuit Hubert Durut. 

Les abeilles crient famine !

Les ruches, au pied des mirabelliers
Les ruches, au pied des mirabelliers © Radio France - Isabelle Baudriller

Pas de mortalité dans les ruches de la famille Coche, installée à Laneuvelotte. Mais Hervé, Sylvie et leur fils Rémy, à la tête de 700 ruches en Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges, s'attendent à une production qui n'ira pas au-delà du tiers d'une récolte habituelle. "Là, vous voyez un peu de miel sur le cadre au milieu, mais c'est loin d'être rempli. Il y a peut-être 4-5 kg de miel au lieu d'avoir 15 kg", souligne Hervé Coche. 

La famille Coche, Hervé, Sylvie et leur fils Rémy
La famille Coche, Hervé, Sylvie et leur fils Rémy © Radio France - Isabelle Baudriller
Les abeilles sont bien là mais le miel, lui, est peu présent dans les cadres
Les abeilles sont bien là mais le miel, lui, est peu présent dans les cadres © Radio France - Isabelle Baudriller

Une récolte de miel d'acacia anéantie

Autre difficulté : "Le miel de printemps est un miel crémeux qui fige. Et là, il est déjà en train de figer dans les cadres. Ça veut dire qu'on n'arrivera plus à l'extraire dans les machines. C'est dû aux températures fraîches qu'on a actuellement".

Après le miel de printemps, vient la récolte du miel d'acacia. "Cette deuxième récolte qu'on peut faire en Lorraine est déjà anéantie", prévient Hervé Coche. Les acacias ont gelé, il n'y aura pas de floraison.

Reportage près des ruches de la famille Coche à Laneuvelotte

Choix de la station

À venir dansDanssecondess