Agriculture – Pêche

"Réguler la production de lait, c'est une question de volonté politique" explique un producteur mayennais

Par Germain Treille et François Sauvestre, France Bleu Mayenne samedi 3 septembre 2016 à 10:23

En face de l'usine Lactalis à Laval au mois d'août
En face de l'usine Lactalis à Laval au mois d'août © Radio France

En marge d'une réunion des ministres européens de l'agriculture, des agriculteurs ont plaidé pour une régulation obligatoire des volumes de production.

Ils avaient choisi le majestueux cadre du château de Chambord, hier, pour évoquer l'avenir de la PAC, la politique agricole commune. Le Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l'UE, bouleverse pas mal de choses. Les 27 ont donc évoqué plusieurs sujets pour préparer l'après-2020 : répartition des subventions, quotas de production, volatilité des marchés. La crise du lait, qui a fait la "Une" de l'actualité chez nous cet été, s'est également invitée à cette réunion ministérielle. Les principales organisations syndicales du secteur ont évidemment profité de l'occasion pour réclamer des mesures fortes afin de sortir de cette crise qui n'en finit plus. Le collectif du Grand Ouest plaide pour un outil qu'il juge efficace : la régulation obligatoire des volumes de production de lait.

Crise laitière : Xavier Mézière, de l'APLI, demande la mise en place d'une régulation européenne

"C'est difficile à obtenir mais je pense que les politiques sont bien payés pour mener à bien des négociations" souligne Xavier Mézière, agriculteur en Mayenne, porte-parole du collectif et membre de l'APLI, les producteurs indépendants. La régulation qu'il propose est simple à mettre en place selon lui. Quand le marché est porteur, on produit davantage et quand les prix commencent à baisser on produit un peu moins. Ce n'est pas un retour aux quotas laitiers mais une adaptation en temps réel.

Partager sur :