Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : Les Bonnes Ondes

Rencontre avec un pédicure bovin installé dans l’Yonne à Epineuil

mardi 23 janvier 2018 à 4:34 Par Isabelle Rose, France Bleu Auxerre

Cédric Ferrand, 27 ans, exerce cette activité depuis sept ans et vient de se mettre à son compte cette année. Il sillonne les fermes de la région et soigne les pieds des vaches des exploitations.

Cédric Ferrand pédicure bovin
Cédric Ferrand pédicure bovin © Radio France - Isabelle Rose

Yonne, France

Le jeune professionnel originaire d'Epineuil passe la journée dans une exploitation laitière de Prusy, dans l’Aube. Installé dans un coin de la stabulation, une cage de contention maintien la vache immobile pendant que Cédric Ferrand  s'occupe de ses pieds ou plus précisément de ses onglons. 

« En fait je suis comme le maréchal ferrant pour les vaches. J’équilibre les onglons. J’enlève l’appui de la troisième phalange donc l’os du pied de la vache et puis après, je regarde s’il n’y a pas de maladie. Il est très important  de surveiller les pieds des vaches car leur bonne santé conditionne le bien-être de l’animal. Aujourd’hui cet entretien est encore plus nécessaire car les animaux sont davantage sur le béton que par le passé. L’usure est donc plus importante et les risques de blessures aussi » explique le jeune pédicure.

Pour exercer son activité, Cédric Ferrand n'a besoin que d’une meuleuse pour aplanir la sole du pied et tailler les onglons et d’un outil appelé reinette pour dégager la troisième phalange. L’opération lui prend une dizaine de minutes par vache. Il peut en soigner jusqu’à cinquante dans la journée. 

Cédric Ferrand

Selon Michel Minard, fondateur du GAEC des corbières à Prusy, cette pédicure est indispensable au bien-être des cent cinquante vaches de  l'exploitation. « _Une vache pour qu’elle aille bien il faut qu’elle ait de bons aplombs_, qu’elle soit bien sur ses pattes. Sinon elle va maigrir car elle va produire autant mais perdre en viande. Donc il faut absolument qu’elle soit bien sur ses pieds pour bien fonctionner c’est pour cette raison qu’un pareur, un pédicure bovin est indispensable dans une exploitation. Il a un rôle préventif très important ». Cédric Ferrand vient donc quatre fois par an dans l’exploitation pour suivre chacune des bêtes. 

Une prestation, facturée quinze euros en moyenne par animal. Le jeune homme exerçait auparavant dans un cabinet vétérinaire mais depuis quelques semaines, il s’est installé à son compte. « J’ai une formation en maréchalerie parce qu’il y a très longtemps c’est le maréchal ferrant qui venait dans les fermes s’occupait des chevaux mais aussi des vaches. Mais la profession a tendance à disparaître. »

« Moi ce qui me plait c’est de voir différentes structures, après c’est un métier physique, on fait beaucoup de kilomètres, dans le coin il y a quand même de moins en moins de fermes malheureusement. C’est à nous d’aller voir les éleveurs, d’aller les chercher. » Cédric n’est pas trop inquiet pour son avenir. Il a déjà des rendez-vous dans des exploitations de Haute-Saône, en Île-de-France en passant par l’Yonne et l'Aube.

On dénombre environ trois cents pédicures bovins en France dont moins d'une dizaine en région Bourgogne-Franche-Comté.

rencontre avec Cédric Ferrand, pédicure bovin

Cédric Ferrand taille les onglons de la vache - Radio France
Cédric Ferrand taille les onglons de la vache © Radio France - Isabelle Rose
   - Aucun(e)
- Creative Commons babsy