Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Rendements en baisse, prix en hausse : c'est le bilan des moissons de cet été

lundi 27 août 2018 à 18:53 Par Antoine Sabbagh, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Un été atypique pour les moissons. En raison d'une météo très chaude les récoltes ont commencé plus tôt. Conséquences : des rendements en forte baisse et des prix en hausse. Le consommateur risque d'en faire les frais.

Les moissons ont été exceptionnellement précoces en raison de la météo
Les moissons ont été exceptionnellement précoces en raison de la météo © Maxppp - Pierre Rouanet

Rouen, France

A Rouen, premier port céréalier européen, on est particulièrement bien placés pour dresser le bilan des dernières moissons. Et l'été qui se termine a été particulièrement atypique. En raison des fortes chaleurs les récoltes ont été avancées d'une dizaine de jours, et ce calendrier décalé a eu plusieurs conséquences "D'abord les rendements ont assez fortement diminué : - 10 à - 20 % pour le blé. Sur le colza c'est encore pire avec des rendements en chute de - 20 à - 30 %", explique Aurélien Périer, courtier en matières premières agricoles chez AurelGrains à Rouen.

La faute à la météo

Mais paradoxalement les agriculteurs ne font pas grise mine. Car dans le même temps, les prix ont augmenté et compensent en quelque sorte cette baisse des rendements. "Les prix viennent de prendre 9 euros par tonne sur les marchés. Et il y également des problèmes de sécheresse en Allemagne et Scandinavie, ce qui provoque mécaniquement des hausses de prix. Finalement le producteur va être gagnant à terme", poursuit le courtier.

Le prix des pâtes pourrait légèrement augmenter

Si le producteur sera gagnant, le consommateur final risque d'être un peu perdant. "Les prix du blé dur sont en train de monter et ça pourrait par exemple provoquer une légère hausse du prix des pâtes. Mais ce ne sera pas spectaculaire, sauf si cette hausse dure plusieurs années", assure Aurélien Périer.

Ecoutez Patrick Aps, directeur de la coopérative Cap Seine