Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Salmonelles : "Une bactérie difficile à détecter malgré tous nos contrôles", explique le patron de l'usine Lactalis

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu
Craon, France

France Bleu Mayenne a rencontré ce jeudi Arnaud Boisnard, le directeur général de Lactalis Nutrition Santé. Il revient sur la crise sanitaire qui frappe son groupe.

Arnaud Boisnard, le directeur général de Lactalis Nutrition Santé
Arnaud Boisnard, le directeur général de Lactalis Nutrition Santé © Radio France

L'affaire de la contamination aux salmonelles de laits infantiles produits par le groupe Lactalis a pris, ce jeudi 21 décembre, une nouvelle ampleur. La société a décidé de rappeler l'ensemble de la production de l'usine de Craon. 720 lots supplémentaires de laits infantiles et autres produits sont retirés du marché en France et à l'étranger, s'ajoutant à 625 lots déjà retirés ces deux dernières semaines.

"Nous serons en mesure de redémarrer l'usine de Craon en février", le patron du site Lactalis

Arnaud Boisnard, le patron du site incriminé en Mayenne, présente ses excuses aux parents concernés. Il assure que tout est mis en oeuvre, sur place, pour que ce type d'accident ne se reproduise plus. Il assure que 11.000 contrôles sur les produits finis ont été effectués depuis le début de l'année mais ces opérations n'ont pas permis de détecter la bactérie : "il faut savoir qu'avec les experts qui nous accompagnent nous sommes sur une souche très particulière de salmonelle. Une salmonelle Agona qui est particulièrement difficile à détecter. Malgré un plan de contrôle très renforcé, avec des échantillons qui sont pris sur des quantités plus importantes que la réglementation européenne ne l'exige, nos auto-contrôles n'ont pas permis de repérer la salmonelle Agona." 

350 salariés travaillent sur le site de Craon. Une partie d'entre eux devraient être mis au chômage technique en début d'année prochaine. Les opérations de nettoyage se poursuivent afin d'éradiquer la bactérie. Lactalis va, par ailleurs, réaliser des travaux dans l'usine pour que les processus de production, les tours de séchage en particulier, ne soient plus touchés à l'avenir. Le site est toujours à l'arrêt, "l'objectif étant d'avoir des produits sécurisés quand nous redémarrerons. Sur le mois de février 2018, nous serons en mesure de redémarrer l'activité" conclut Arnaud Boisnard. 

© Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess