Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Salon de l'Agriculture 2020

Salon de l'agriculture écourté : une "déception" pour la Creuse

-
Par , France Bleu Creuse, France Bleu

Le Salon de l'agriculture ferme ses portes un jour plus tôt que prévu ce samedi 29 février, en raison de l'épidémie de coronavirus. Une déception et une perte de chiffre d'affaire prévisible pour les exposants creusois, réagit le conseil départemental.

Le salon ferme ses portes plus tôt que prévu
Le salon ferme ses portes plus tôt que prévu © Radio France - Victor Vasseur

"C'est un peu de consternation et de colère" : voilà la réaction de la vice-présidente du conseil départemental de la Creuse après l'annonce de la fermeture du Salon de l'Agriculture dès ce samedi soir. L'événement devait normalement se poursuivre ce dimanche 1er mars, mais il est écourté par le gouvernement pour éviter toute propagation supplémentaire du Covid-19.

Une perte pour les exposants

Conséquence de ce jour en moins : "pour les exposants, qui ont investi des sommes colossales, une journée de moins c'est toujours préjudiciable pour leur chiffre d'affaire, surtout que les week-end sont les journées les plus chargées" affirme Catherine Defemme, vice-présidente du conseil départemental de la Creuse, présente au Salon de l'Agriculture ce week-end.

C'est une perte sèche pour tous les exposants

"Pour nous, la perte se chiffre surtout au niveau de la partie hôtellerie. Je pense que ça ne sera pas facile de faire comprendre aux hôteliers que l'on veut être remboursé d'une journée" détaille Philippe Vacheyroux, président de l'association des fabricants du Creusois, le fameux gâteau spécialité du département. "On fait des recettes entre 250 et 350 euros par jour. [Un jour en moins] ça n'est pas neutre. On avait investi là dedans pour se faire connaître" poursuit Philippe Vacheyroux, qui se dit surpris de la décision.

Catherine Defemme regrette la décision du gouvernement : "_On a fait toute la semaine (...) supprimer une journée alors que c'était la dernière (...) honnêtement, à mon avis on n'était plus du tout à un jour prè_s".  Un avis partagé par Philippe Vacheyroux : "Je trouve ça bien dommage, et bien trop tard (...) Je comprends que ça soit des décisions délicates à prendre, mais ça me semble un petit peu trop tard".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess