Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Salon de l'Agriculture : les Poitevins ne conservent pas le titre de meilleur jeune berger

samedi 24 février 2018 à 21:25 Par Clémence Dubois-Texereau, France Bleu La Rochelle et France Bleu Poitou

Marc et Kévin, les deux Poitevins finalistes de la région Nouvelle-Aquitaine ne sont pas parvenus à conserver le titre de Meilleur Jeune Berger. Un titre raflé en 2017 par Nicolas Arpin, éleveur au Vigeant dans le Sud Vienne.

Kevin passe l'épreuve de génétique
Kevin passe l'épreuve de génétique © Radio France - Clémence Dubois-Texereau

Paris, France

Le meilleur jeune berger vient du Lot pour cette 13e édition des ovinpiades au Salon de l'Agriculture à Paris. Les Poitevins eux n'ont pas réussi à conserver leur titre mais Marc ne se faisait pas d'illusion "je ne viens pas pour être premier" a-t-il affirmé. 

Kévin, le Deux-Sévrien lui était plus dans la compétition: " Je regarde ce que font les autres, les manipulations, les gestes qu'ils adoptent." Mais pas question pour autant de ne pas s'amuser non plus "on ne se tire pas la bourre non plus."

Marc doit faire un parcours avec la brebis. - Radio France
Marc doit faire un parcours avec la brebis. © Radio France - Clémence Dubois-Texereau

Des changements au fil des éditions 

S'il faut parfois trier les bêtes ou alors établir l'état d'engraissement de la brebis, il faut réussir plusieurs tests pour être le meilleur des 37 candidats. Et en 13 éditions, il y a eu de l'évolution selon Christian Souille, enseignant au lycée professionnel de Montmorillon et juré : "On avait une épreuve avec un quad, mais ce n'est plus possible aujourd'hui. Alors on a créé une nouvelle épreuve de génétique. Mais ce n'est pas évident pour les étudiants en bac Pro. Ceux en BTS ont un léger avantage."

Un moyen de se faire des contacts 

Nicolas Arpin, sacré meilleur jeune berger en 2017 est cette fois-ci dans le rôle de juré. "C'est un peu différent, et c'est sûr qu'il y a moins de pression" raconte-t-il. Et il a pu se faire des contacts :" professionnels. Et puis cette victoire ça a été une reconnaissance personnelle. Je me suis aussi amélioré je gagne en rapidité."

Malgré leurs efforts, pas de titre donc pour les Poitevins. Kévin le Deux-Sévrien intègre malgré tout les 10 finalistes.