Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine : la tendance du "manger mieux"

-
Par , France Bleu Gironde

Le Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine s'est installé au cœur de la Foire internationale de Bordeaux. Un salon placé sous le signe de la production et de la consommation responsables.

Le Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine, dans le hall 4 du Parc des Expositions de Bordeaux.
Le Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine, dans le hall 4 du Parc des Expositions de Bordeaux. © Radio France - Camille Huppenoire

La plus grande ferme de Nouvelle-Aquitaine est au parc des expositions de Bordeaux, jusqu'au 10 juin. Installé au cœur de la Foire internationale, le Salon de l'agriculture de la région a le regard tourné vers l'avenir et la transition agro-écologique. Les producteurs sont confrontés depuis plusieurs années à un changement des modes de consommation. Daniel, par exemple, venu visiter le salon en famille, ne consomme plus beaucoup de viande. 

On mange peut-être de moins en moins...mais toujours de mieux en mieux ! - Daniel, visiteur du Salon

C'est une question de santé pour Daniel et sa famille. Michel, lui, est moins radical. La viande, pas question de s'en passer, pas plus que des légumes. "Je mélange les deux et je trouve que c'est très bien comme ça" sourit-il. Il fait tout de même attention aux labels sur les produits.  La tendance est au "manger mieux." Pour Anaïs Duparc, chargée de mission à Coopérative agricole de France, les consommateurs cherchent de plus en plus la qualité. "C'est pour ça que le bio est en forte augmentation" souligne-t-elle.

Des croissances à deux chiffres, c'est énorme - Anaïs Duparc, chargée de mission Coop de France. 

Mais tout le monde ne peut pas passer en bio. La transition coûte cher et le consommateur, lui, n'est pas toujours prêt à payer plus. 9 Français sur 10 consomment au moins une fois par mois des produits "bio"... mais de 8 Français sur 10 les trouvent tout de même trop chers, selon le rapport 2018 de l'Agence Bio. 

Ne surtout pas muter tout en même temps sur le bio, ce serait catastrophique - Lionel Chaumont, Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitaine.

Avant de produire bio, la région cherche à produire de façon responsable, notamment avec son dispositif Haute Valeur Environnementale. Une certification pour les exploitations qui économisent au maximum les ressources naturelles, dans tous les processus de production. C'est "une étape intermédiaire", explique Lionel Chaumont, du comité d'orientation de l'élevage à la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitaine. Précipiter le passage d'un grand nombre d'exploitations vers le bio serait "catastrophique" ajoute-t-il, "on tuerait la production biologique, ça redeviendrait une production de masse, on perdrait toute la valeur ajoutée."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess