Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : Salon de l'Agriculture 2018

Salon de l'agriculture : un prix pour l'éleveur qui se bat pour la sauvegarde de la vache bordelaise

jeudi 1 mars 2018 à 12:26 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

Christophe Guénon, éleveur à Léognan, a reçu mercredi au Salon de l'Agriculture, à Paris, le deuxième prix national de l'agrobiodiversité animale. Il s'est lancé il y a cinq ans dans l'élevage de vaches bordelaises, une race qui était menacée d'extinction.

Christophe Guénon au milieu de ses vaches bordelaises, dans son exploitation de Léognan
Christophe Guénon au milieu de ses vaches bordelaises, dans son exploitation de Léognan - Ceva Passerelles

Léognan, France

C'est un prix remis chaque année par la Fondation du Patrimoine et par Ceva Santé Animale, l'entreprise de Libourne , il vient récompenser les éleveurs engagés dans la préservation de races d'animaux d'élevage en voie de disparition. 

Mercredi, à l'occasion du Salon International de l'Agriculture, à Paris, Christophe Guénon, éleveur à Léognan, au sud de Bordeaux, a reçu le deuxième prix national pour l'agrobiodiversité animale. 

En 2011, ce jeune exploitant a repris la ferme familiale, avec seulement trois vaches bordelaises. Cette race, reconnue aux dix-huitième et dix-neuvième siècles comme meilleure race laitière, a été importée au Maghreb et en Indochine jusqu'en 1920, avant d'être menacée d'extinction à partir des années 1970. Il est aujourd'hui à la tête d'un troupeau de 30 bêtes . 

Mon père et mon grand-père en avaient eu à la ferme , et je voulais participer au programme de sauvegarde de cette race qui a toujours fait partie de mon environnement. Je suis parti tête baissée, avec l'aide du conservatoire des races d'Aquitaine. Cinq ans en arrière, je n'aurais pas cru en arriver là, aussi vite.  - Christophe Guénon, éleveur à Léognan 

Aujourd'hui, une trentaine d'éleveurs élèvent des vaches bordelaises, à travers la France, principalement en Nouvelle-Aquitaine, soit un cheptel de 200 têtes, et la race paraît sauvée. 

Avec les éleveurs qui ont fait ce choix, on veut travailler ensemble, d'abord pour sauver nos élevages, eux aussi menacés d'extinction, et sauver le patrimoine hérité de nos anciens, et à transmettre aux générations futures" - Christophe Guénon 

Christophe Guénon travaille avec d'autres éleveurs pour relance la race bordelaise  - Aucun(e)
Christophe Guénon travaille avec d'autres éleveurs pour relance la race bordelaise - Ceva/ Passerelles

"Je n'aurais pas cru remonter un troupeau aussi vite" Christophe Guénon, éleveur à Léognan

L'éleveur a reçu un chèque de 6 mille euros. Créé en 2012, ce prix,  placé sous le haut patronage du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, met en lumière les races agricoles françaises à faibles effectifs, représentatives d'un patrimoine génétique unique.  Depuis sa création, il a permis de valoriser plus de 170 initiatives régionales françaises et de distinguer 16 éleveurs. 

Ces éleveurs ont dans les yeux la même passion que celle des créateurs de start-up, qu'on encense tant, sans doute moins vénale. Et je trouve normal qu'on laboratoire comme le nôtre aide ces entrepreneurs qui se battent pour des convictions. - Marc Prikazsky, président de Ceva Santé Animale. 

Lors de la remise du prix, le lauréat aux côtés de Marc Prikazsky, le président de Ceva Santé Animale  - Aucun(e)
Lors de la remise du prix, le lauréat aux côtés de Marc Prikazsky, le président de Ceva Santé Animale - Cava/ Passerelles

"Le même éclat dans les yeux que les créateurs de start-up" Marc Prikazsky, le président de Ceva Santé Animale