Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Sanctions américaines : un "coup dur" pour les viticulteurs héraultais selon la chambre d'agriculture

-
Par , France Bleu Hérault

Après la canicule qui a pénalisé les viticulteurs de l'Hérault: les sanctions américaines. Depuis le 18 octobre, une taxation de 25% de droits de douanes supplémentaire est appliquée sur une partie des vins français. Un nouveau "coup dur" pour le président de la chambre d'agriculture du département.

Les vignes du domaine  Saint-Jean-de-l'Arbousier à Castries.
Les vignes du domaine Saint-Jean-de-l'Arbousier à Castries. © Radio France - Elena Louazon

Hérault, France

Il y a d'abord eu la canicule et la sécheresse, qui ont fortement pénalisé les viticulteurs de l'Hérault. En moyenne, la production de 2019 a enregistré une baisse de 20%. Cela équivaut à plusieurs millions d'euros de pertes à l'échelle du département et de la région. "Cela représente aussi des parts de marché que nous risquons de perdre dans une situation déjà difficile avec les Etats-Unis," déplore le président de la chambre d'agriculture de l'Hérault Jérôme Despey. 

Besoin de compensations

En effet, les mesures de rétorsion énoncées par Donald Trump, n'étaient encore que des menaces jusqu'au 18 octobre 2019. Depuis cette date, les États-Unis appliquent une taxation supplémentaire de 25% des droits de douane sur une partie des vins français. "Ce sont les vins tranquilles de moins de quatorze degrés qui sont concernés. Il s'agit de nos cœurs de gamme", s'émeut Jérôme Despey. 

"C'est vraiment un coup dur parce que les Italiens, eux, ne sont pas touchés par ces mesures de rétorsion, poursuit le président de la chambre d'agriculture. Ils vont prendre nos parts de marché. C'est pour cela qu'on demande au président de la République des mesures de négociation. Il faut mettre fin à ce conflit entre Airbus et l'Union européenne. Et dans l'attente, c'est d'avoir des compensations, comme par exemple des actions de promotions en dehors des États-Unis."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu