Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

"Sangliers challenge" : le président de la fédération des chasseurs d'Indre-et-Loire apaise les tensions

mercredi 29 août 2018 à 20:22 Par Clément Conte, France Bleu Touraine et France Bleu

La FNSEA a lancé il y a quelques jours un concours de photographies pour inviter les agriculteurs à montrer les dégâts dans les champs causés par les sangliers. Pour le syndicat, la faute revient aux chasseurs. Le président de la fédération des chasseurs d'Indre-et-Loire veut apaiser la situation.

Les sangliers font beaucoup de dégâts dans les champs
Les sangliers font beaucoup de dégâts dans les champs © Maxppp - S. GAILLOCHON

Touraine, France

Les agriculteurs en ont ras-le-bol. Chaque année, des parcelles entières de blés, colza ou maïs sont ravagées par les sangliers sortis des forêts à la recherche de nourriture. Des dégradations estimées à 30 millions d'euros chaque année dans le monde agricole. Pour montrer l'étendue des dégâts partout en France, Christiane Lambert, la présidente du syndicat agricole FNSEA a lancé le 22 août dernier un concours de photographies sur les réseaux sociaux. 

En quelques jours, le #SangliersChallenge a été repris et partagé de nombreuses fois.

Dans le viseur des agriculteurs, les chasseurs. D'une part, ils sont accusés de nourrir les sangliers pour améliorer leur prolifération. D'autre part, les agriculteurs leur reprochent de ne pas tuer assez de gibier. Pour la FNSEA, il y a beaucoup trop de sangliers en France. 

Pour le président de la fédération des chasseurs d'Indre-et-Loire, Alain Belloy, l'argument est valable : "Les chasseurs se mettent trop de restrictions. Ils épargnent les laies, les sangliers trop petits et la population montent vite. Il ne faut plus faire de sentiments et il faut les forcer à tuer des animaux. C'est très compliqué à faire comprendre." 

D'autant que la courbe de sangliers abattus n'augmentent pas en Indre-et-Loire. Les chasseurs en ont tué 7.000 cette année, le même nombre qu'en 2017. "Nous visons 7.500", précise Alain Belloy.

Il faut se mettre autour d'une table et parler - Alain Belloy

Concernant le message lancé par la FNSEA, le président de la fédération des chasseurs est plus incisif, jugeant l'action inutile : "Évidemment qu'il y a des champs ravagés par les sangliers, c'est incontestable, on le sait. Des photographies de surfaces endommagées, on va en trouver. Mais ces dégâts sont indemnisés par les chasseurs."

Le hashtag "#SangliersChallenge" attise les tensions entre le monde agricole et le monde de la chasse, selon Alain Belloy : "C'est une catastrophe ! On sait qu'il y a un problème, on ne va pas se jeter les orties à la figure.  Il faut se mettre autour d'une table et parler et je n'ai pas l'impression que c'est le chemin que l'on prend aujourd'hui."