Agriculture – Pêche

Sarthe : un verger à visiter pour comprendre le métier d'arboriculteur

Par Marie Mutricy, France Bleu Maine samedi 27 août 2016 à 17:09

Les Timmerman ont décidé de faire visiter leur verger implanté près de Vion depuis 1889
Les Timmerman ont décidé de faire visiter leur verger implanté près de Vion depuis 1889 © Maxppp - Jérôme GORIN

Samedi et dimanche, les Timmerman font visiter leur verger, au Léard près de Vion. L'occasion pour les arboriculteurs d'expliquer comment ils travaillent.

Les pommes produites par les Timmerman en Sarthe sont dégustées dans le monde entier : moyen-orient, Chine, Bangladesh, Amérique du Sud, Afrique... Voilà l'une des anecdotes que vous apprendrez en visitant leur verger au Léard, près de Vion ce samedi et dimanche. Le frère et la sœur sont les patrons, leurs parents travaillent toujours dans l'exploitation. Les pommes, c'est l'affaire de six générations, chez les Timmerman. Ils ont une production "raisonnée" sur 90 hectares. Six hectares sont consacrés au bio, une surface qui va doubler dans les trois prochaines années. Voici trois photos pour expliquer comment ces arboriculteurs utilisent moins de produits chimiques dans leur verger.

Une machine mécanique pour désherber

Ce tracteur permet de desherber en frottant la terre autour des pommiers - Radio France
Ce tracteur permet de desherber en frottant la terre autour des pommiers © Radio France - Marie Mutricy

Pas d'herbes folles au pied des pommiers. Mais pour enlever les mauvaises pousses, pas de produits chimiques : un grosse machine désherbe mécaniquement.

Les insectes auxiliaires bien utilisés

NIchoirs à mésanges, hôtels à insectes : les Timmerman s'entourent des insectes pour combattre les nuisibles qui s'attaquent aux pommiers - Radio France
NIchoirs à mésanges, hôtels à insectes : les Timmerman s'entourent des insectes pour combattre les nuisibles qui s'attaquent aux pommiers © Radio France - Marie Mutricy

Pour lutter contre les insectes qui abîment les pommiers, leurs prédateurs naturels sont bien accueillis, chez les Timmerman. Ainsi de nombreux nichoirs à mésanges sont installés dans les 90 hectares de verger. "Cela permet d'éliminer naturellement une partie des insectes, puisque les oiseaux les mangent" explique Lise Timmerman. Des haies entourent également les parcelles d'arbres frutiers, abritant toute une biodiversité. Pour les pucerons, ce sont les traditionnelles coccinelles qui sont à l'oeuvre. Et pour tromper les papillons carpocapses, des pièges à hormones l'empêchent de se reproduire, en faisant passer les femelles pour des mâles..

Des chambres froides performantes pour des pommes toute l'année

Après la récolte, les chambres froides de l'exploitation seront pleines de pommes.  - Radio France
Après la récolte, les chambres froides de l'exploitation seront pleines de pommes. © Radio France - Marie Mutricy

Vous êtes vous jamais demandé comment nous avons des pommes sur les étals des supermarchés toute l'année ? Pas question de faire venir des fruits d'ailleurs. "La pomme est un fruit qui se garde très bien" précise Lise Timmerman. Après un tri minutieux, les pommes sont stockées dans une chambre froide où elles descendent peu à peu à 2 degrés. Puis, elles sont installées dans des immenses frigos à l'atmosphère contrôlée. Il y a moins d'oxygène, moins de CO2, comme si on leur "coupait la respiration explique Lise Timmerman. Si nous faisons bien notre travail, on peut rouvrir une chambre froide en juin et en sortir des pommes dans l'état où elles étaient quand on les a cueilli".

Partager sur :