Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Sécheresse 2019 : "J'espère qu'on n'ira pas vers le pire", dit le préfet de la Marne

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La sécheresse pourrait bien s'aggraver avec l'épisode de canicule annoncé la semaine prochaine et la situation des cours d'eau pourrait devenir très vite critique. Le préfet de la Marne assure que la situation est sous surveillance, notamment pour les agriculteurs.

En 2018 déjà, face aux pâturages très secs, les éleveurs avaient puisé dans leurs stocks.
En 2018 déjà, face aux pâturages très secs, les éleveurs avaient puisé dans leurs stocks. © Radio France - Sophie Constanzer

Châlons-en-Champagne, France

Alors que la sécheresse s'étend en France, le nouvel épisode de canicule annoncé la semaine prochaine pourrait bien aggraver la sécheresse dans la Marne et donner lieu à de nouvelles restrictions d'usage de l'eau. Des restrictions ont déjà été décidées pour les particuliers et les agriculteurs par le préfet de la Marne et la situation est sous surveillance, notamment dans les champs. "Il faut attendre le bilan des récoltes parce que dans les dernières semaines il y a eu quand même de l'eau et de la chaleur, les résultats des moisons sont très contrastés dans le département", souligne Denis Conus, le préfet de la Marne. 

Vers de nouvelles restrictions ? 

"Il y a encore des choses qui doivent pousser, des choses qui doivent être récoltées, et donc on est extrêmement vigilants : il faudra mieux répartir l'eau en fonction des capacités du territoire et des besoins des cultures, j'espère qu'on ira pas vers le pire", explique encore Denis Conus. 

Car même si la situation n'est pas aussi catastrophique que l'an dernier à la même époque, la peur de manquer de fourrage cet été est déjà bien réelle selon Béatrice Moreau, la présidente de la Chambre d'agriculture de la Marne : "les patûres elles sont sèches, vous voyez bien tous vos pelouses déjà jaunes, et les éleveurs pourraient devoir taper dans les stocks de fourrage". Et après les conséquences de la sécheresse record de l'été 2018, des situations existent mais ne sont pas prises. 

Une dérogation demandée pour la récolte des jachères 

"L'an dernier on a vécu une sécheresse terrible dans le Grand Est, tout le monde s'en souvient, et on a demandé l'autorisation pour que nos éleveurs récoltent leurs jachères et c'est une fin de non recevoir ! on est dans une incompréhension totale", s'insurge Hervé Lapie, président du syndicat FDSEA dans la Marne. De son côté, le préfet de la Marne se dit conscient du problème : "Auvergne Rhône alpes a obtenu une dérogation, nous nous l'avons demandée, et le préfet de la région Grand Est l'a redemandée aussi, j'attends le résultat mais c'est vrai qu'on le souhaite", explique Denis Conus. 

Quant aux agriculteurs qui irriguent, leurs quotas ont déjà été diminués de 30 % dans la Marne. Mais seules 3 % des surfaces cultivées sont irrigués dans le département.