Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Sécheresse : des agriculteurs de la Vienne envoient de la paille dans le Cantal

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Poitou, France Bleu Pays d'Auvergne

Deux camions chargés de la paille, vont quitter la Vienne ce mardi 6 août au matin, direction le Cantal. Des éleveurs du département auvergnat font appel à la solidarité face à la sécheresse.

Illustration : des camions de fourrage sur les routes des Deux-Sèvres.
Illustration : des camions de fourrage sur les routes des Deux-Sèvres. © Radio France - Baudoin Calenge

Poitiers, France

La solidarité se met en place dans le milieu agricole pour venir en aide aux éleveurs les plus affectés par la sécheresse. Dans la Vienne, la FDSEA va charger deux camions de paille, ce mardi matin à Saint-Georges-les-Baillargeaux, à destination du Cantal. D'autres chargements vers ce département et de celui de la Creuse sont programmés dans les semaines à venir. Au total, plus de 800 tonnes, soit une trentaine de camions vont faire le voyage.

La FDSEA a cherché des surplus de paille dans la Vienne

La difficulté pour le syndicat, cela a été déjà de recenser la paille disponible. Cela s'est fait principalement par le bouche à oreille. Romain Martineau, le président de la FNSEA dans la Vienne, explique "que certains agriculteurs ont vu notre appel et se sont proposés spontanément"

Des prix abordables

Le syndicat s'est assuré que le prix due la paille ne soit pas trop élevé, car il faut y ajouter le prix du transport. "La plupart ce sont éleveurs qui se disent que dans une telle situation, ils n'auraient pas aimé payé trop cher", souligne Romain Martineau. Et obtenir un tel geste n'est pas gagné d'avance car avec la sécheresse, les cours de la paille grimpent. 

Si pour la paille, la Vienne est auto suffisante. L'inquiétude grandit en revanche pour ce qui est du maïs d'ensilage. La récolte 2019 s'annonce maigre en quantité et très faible en qualité, et l'aide des départements voisins sera sûrement bientôt nécessaire.