Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Sécheresse : des mesures de restriction d'usage de l'eau généralisées à l'ensemble de l'Indre

-
Par , France Bleu Berry

La préfecture de l'Indre généralise certaines mesures de restrictions d'usage de l'eau face à la prolongation de la sécheresse. La situation est préoccupante.

Les cours d'eau sont à un niveau très bas dans l'Indre, en raison de la sécheresse (photo d'illustration)
Les cours d'eau sont à un niveau très bas dans l'Indre, en raison de la sécheresse (photo d'illustration) © Maxppp - Thierry Gachon/PHOTOPQR/L'ALSACE

Indre, France

La sécheresse se prolonge dans le département de l'Indre. Depuis le mois de mai, des restrictions d'usage de l'eau sont en vigueur dans certaines parties du département. À partir du samedi 13 juillet, c'est l'ensemble de l'Indre qui sera placée au moins en "débit seuil d'alerte", c'est-à-dire le niveau 1 des alertes. Cela signifie que vous ne pouvez pas remplir votre piscine et vous ne pouvez pas non plus laver votre voiture, sauf dans un centre spécialisé.

9 bassins versants sur 18 sont en "débit de crise". Les restrictions sont les plus élevées. - Aucun(e)
9 bassins versants sur 18 sont en "débit de crise". Les restrictions sont les plus élevées. - Préfecture de l'Indre

Un hiver très sec à l'origine de cette sécheresse inédite

"La situation est préoccupante", admet Florence Cottin, à la tête de la direction départementale des territoires. "Dans l'idéal, il aurait fallu mettre en place des restrictions d'usage de l'eau dès le mois de février, mais nous devons aussi tenir compte des activités économiques", ajoute-t-elle. L'hiver 2018-2019 a été très sec. Les pluies ont été nettement insuffisantes pour recharger les sols en eau. "Nous sommes à des niveaux historiquement bas concernant les nappes phréatiques", explique Florence Cottin. "Et en surface, nous avons un grand nombre de cours d'eau qui sont à sec alors que normalement, on le constate en août ou en septembre", poursuit la directrice de la DDT de l'Indre.

Tant que nous n'avons pas de précipitations significatives, on sera dans une situation à surveiller de très près"

Sur les 12 derniers mois, le déficit de pluie s'élève à 200 mms. Les pluies du mois de mai et du mois de juin ont permis aux agriculteurs de ne pas trop souffrir de cette sécheresse. Mais il faut rester extrêmement prudent. La préfecture de l'Indre lance un appel à la responsabilité de tous les particuliers et professionnels. "Nous devons tous être raisonnables sur notre consommation d'eau. Il faut que chaque goutte soit utilisée le soit de façon rationnelle et utile. C'est plus du bon sens que des restrictions qui ont un impact sur notre vie de tous les jours", précise Florence Cottin.

Des restrictions plus importantes dans la moitié de l'Indre

Neuf bassins versants dans l'Indre sont désormais en "débit de crise". Là, les restrictions sont plus importantes : l'arrosage de la pelouse est strictement interdit entre 8h et 20h. L'irrigation des terres agricoles est également strictement encadrée. Des contrôles sont effectués pour s'assurer que les règles sont bien respectées. En cas d'infraction, des amendes peuvent être dressées. Et des poursuites judiciaires peuvent même être engagées.