Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sécheresse en Côte-d'Or : 2020, "encore pire que les autres années" pour les agriculteurs ?

-
Par , France Bleu Bourgogne

Pas assez de pluie depuis un mois, les cultures de Côte-d'Or souffrent d'un début de sécheresse."Pas de grain, pas de paille, pas de paille, pas de nourriture pour les animaux, c'est une chaîne sans fin". Jean-Marc Lucotte, agriculteur à Créancey, est très pessimiste pour les récoltes en 2020.

Cultures de céréales à Daix en Côte-d'Or. Juin 2019.
Cultures de céréales à Daix en Côte-d'Or. Juin 2019. © Radio France - Philippe Paupert

"Nous sommes confinés depuis le 17 mars 2020, la pluie visiblement aussi, et cela sur toute la région". Le constat de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement de Bourgogne-Franche-Comté (DREAL) est clair. Une absence de précipitation qui met en difficulté les agriculteurs en Côte-d'Or. 

Situation "très critique" 

Jean-Marc Lucotte est agriculteur à Créancey, dans l'ouest du département. Il cultive des céréales : de l'orge, du colza, du blé, et à plus petite échelle du lin et du tournesol. Selon lui, le manque de pluie aussi tôt dans l'année va avoir des conséquences dramatiques sur les cultures, qui sont en pleine croissance au printemps. Il prend l'exemple de l'orge d'hiver - ou escourgeon:  "On va avoir de tout petits grains, on n'en fera rien du tout. Ce n'est même pas sur qu'on puisse les moissonner". Sans récolte d'orge d'hiver, qui sert à faire de la paille, pour la litière et l'affouragement dans les champs, il va devoir se fournir en fourrage ailleurs. 

"Pas de grain, pas de paille, pas de paille, pas de nourriture pour les animaux, c'est une chaîne sans fin"

Reste-t-il encore un espoir ? Peut-être selon Jean-Marc Lucotte, s'il pouvait pleuvoir en cette fin de mois d'avril 2020. "Si on avait une perturbation assez conséquente, on arriverait à sauver les fourrages de luzerne. Pour les moissons comme l'orge d'hiver, le mal est fait", regrette l'agriculteur. 

"Même s'il pleut maintenant il sera trop tard"

Sécheresses à répétition

2020 n'est pas la première annéela sécheresse frappe la Côte-d'Or. "Le problème, c'est que c'est c'est la troisième année successive où l'on a des problèmes de sécheresse, confirme Jean-Marc Lucotte. C'est même pire que d'habitude cette année. D'habitude, la sécheresse commence vraiment à partir du mois de juillet, avant on arrivait au moins à faire des récoltes de fourrage". 

"Ça va être encore pire que les autres années"

Tout arrêter ? 

Face aux sécheresses qui s'accumulent, années après années, le moral de cet agriculteur en prend un coup. "On commence à se demander si on ne pas va devoir vendre un peu du troupeau. Il faut bien de la nourriture, de la trésorerie, explique-t-il, confessant s'être renseigné auprès d'un marchand de bovins. On sent que les cours des ventes vont s'effondrer alors que les cours des matières premiers vont augmenter". Jean-Marc Lucotte a 59 ans. Agriculteur depuis 1982, il comptait prendre sa retraite dans quatre ans. Mais aujourd'hui, il envisage de tout arrêter, de tout laisser tomber. "Je me pose la question, je ne sais pas si je vais y arriver. Tout se cumule". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess