Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sécheresse en Limousin : les éleveurs ont déjà entamé leurs stocks de fourrage

-
Par , France Bleu Limousin

La sécheresse s'installe en Limousin encore cette année. Une situation qui ne cesse d'inquiéter notamment le monde agricole, en particulier les éleveurs. Illustration avec Jean-Pierre Brousse qui élève des vaches laitières à Végennes en Corrèze.

Un peu d'ombre mais pas une once de verdure à grignoter pour les vaches. Les prés de Jean-Pierre Brousse sont totalement séchés
Un peu d'ombre mais pas une once de verdure à grignoter pour les vaches. Les prés de Jean-Pierre Brousse sont totalement séchés © Radio France - Philippe Graziani

Ce mois de juillet est l'un des plus secs depuis 50 ans en Limousin. Et c'est la quatrième sécheresse que connaissent les éleveurs de la région. Jean-Pierre Brousse à Végennes, près de Beaulieu-sur-Dordogne, a commencé à donner du fourrage à sa trentaine de vaches laitières il y a déjà trois semaines. "C'est 15 ou 20 jours plus tôt que d'habitude". Car dans ses prés il n'y a plus rien ou presque. Tout est jauni, séché.

Acheter du fourrage ou vendre des vaches

Jean-Pierre Brousse sait cependant déjà que son stock de fourrage n'y suffira pas. Les fenaisons cette année ont été précoces. Ce qui a limité les volumes de foins. "Cette année j'ai mis en place des cultures moins gourmandes en eau, style sorgho, mais sans eau ça pousse pas non plus". Alors Jean-Pierre Brousse, en levant les yeux au ciel, avoue espérer grandement quelques orages d'ici les prochains jours, pour reverdir ses prairies et mieux encore un hiver pas trop précoce pour envisager un nouvelle coupe automnale. Sinon il n'aura qu'une alternative : acheter du fourrage ou vendre quelque vaches comme il l'a déjà fait il y a 2 ans. "Si c'est trop cher (l'achat de fourrage NDLR) eh bien on vendra des animaux !" conclut l'éleveur un peu dépité.

Stocker l'eau

Mais ces sécheresses à répétition mettent en danger les exploitations. Il faut donc trouver des solutions durables. "Même pour les animaux, certains ruisseaux où ils ont l'habitude de boire sont à sec " souligne Jean-Pierre Brousse. Et aucune irrigation n'est évidemment possible sauf à puiser dans le réseau d'eau potable ce qui n'est pas du tout la solution assure l'éleveur qui plaide au contraire pour une vraie politique de la ressource en eau. "Il y a des périodes où l'on a vraiment des excès d'eau. Cette eau il faut qu'on la stocke dans des étangs ou sur des cours d'eau pour la réutiliser à des moments critiques". Ce qu'on appelle des retenues collinaires. Il en existe déjà environ 500 en activité en Corrèze. La Chambre d'agriculture du département milite pour en créer d'autres. Les associations écologistes affirment de leur côté que celles-ci nuisent à l'environnement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess