Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Sécheresse en Loire-Atlantique et en Vendée : "il ne reste plus que des bouses et de la terre"

lundi 1 octobre 2018 à 19:34 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Juillet, août, septembre. Ça fait trois mois qu'il n'a quasiment pas plu sur la Loire-Atlantique et la Vendée. Et la situation devient délicate pour les éleveurs qui ont déjà du attaquer les stocks prévus pour l'hiver pour nourrir leurs vaches.

Les prairies, qui devraient reverdir en ce moment, sont complètement grillées
Les prairies, qui devraient reverdir en ce moment, sont complètement grillées © Radio France - Marion Fersing

Frossay, France

Ça fait maintenant trois mois que ça dure. Juillet, août et septembre. Trois mois qu'il a beaucoup moins plu que d'habitude sur la Loire-Atlantique et la Vendée. Comme le reste de la France, nos deux départements enregistrent de gros déficits de pluie, ce qui pose déjà de sérieux problèmes aux agriculteurs et en particulier aux éleveurs bovins. 

C'est tout grillé, il n'y a plus rien

C'est le cas de Didier Bonnet qui élève des vaches laitières à Frossay. Ça fait déjà deux mois et demi qu'il est obligé de puiser dans ses stocks de fourrage et de céréales prévus pour l'hiver pour les nourrir. Il regarde ses prés avec dépit : "c'est tout grillé, il n'y a plus rien... Elles sortent, mais elles sortent juste là pour se mettre à l'ombre. Il reste que des bouses et de la terre"

150 millimètres de pluie au printemps qui ont détruit les cultures

Sachant que pour le maïs, "ce n'est pas fameux non plus". Parce qu'avant la sécheresse, il y a eu les inondations : "on a eu 150 millimètres de pluie au printemps qui ont détruit une partie des cultures. Le maïs, il a souffert de l'humidité au début et du sec à la fin". Il s'attend à de mauvais rendement après avoir déjà perdu 60% de sa récolte de blé. Et la paille manque, elle aussi : "en année normale, on arrive à vendre de la paille à nos voisins. Cette année, à surface égale, on a eu juste ce qu'il nous fallait pour nous". Pour les autres éleveurs, les prix explosent, quand ils arrivent à trouver de la paille.

Ça fait déjà deux mois et demi que Didier Bonnet est obligé de nourrir ses vaches avec les stocks d'hiver - Radio France
Ça fait déjà deux mois et demi que Didier Bonnet est obligé de nourrir ses vaches avec les stocks d'hiver © Radio France - Marion Fersing

On sème dans la poussière !

Et ce ne sont pas les semis de prairie qu'il fait en ce moment qui rassurent Didier Bonnet. "On sème dans la poussière !". Les graines n'arrivent pas à sortir de terre et il s'inquiète déjà pour la qualité de ses prairies, l'an prochain. "Et ça, plus ça, plus ça... À force, on ne pourra plus acheter de nourriture et on sera obligé de vendre des bêtes. Mais pour repartir, après, ce sera tout aussi compliqué". Alors il attend la pluie, en espérant qu'elle tombe cette fois au bon moment.