Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Sécheresse : la Fédération de pêche de la Sarthe pousse un coup de gueule contre la préfecture

-
Par , France Bleu Maine

La Fédération départementale de pêche accuse la préfecture de la Sarthe de ne pas avoir réagi assez tôt pour déclencher les différents niveaux de vigilance et d'alerte sécheresse - et donc les restrictions d'eau.

A cause de la sécheresse, certains petits cours d'eau de Sarthe sont à sec. (photo d'illustration)
A cause de la sécheresse, certains petits cours d'eau de Sarthe sont à sec. (photo d'illustration) © Radio France - Jean-Marc Quinet

Sarthe, France

"N'attendons pas, prenons les mesures au bon moment", déclare Alain Dieu, président de la Fédération de pêche de la Sarthe depuis 2005. Ses collaborateurs et lui estiment que la préfecture a déclaré trop tard l'état de sécheresse dans certains bassins, compte tenu des prévisions météorologiques "d'une période extrêmement longue, ensoleillée et sans pluie". Les premières situations de crise ont été déclarées le 13 juillet, dans les bassins de Dué-Narais et Veuve-Tuisson. Le 5 août, trois bassins ont été classés en situation de crise.

Alain Dieu, soutenu par ses collègues, a envoyé un mail à la Direction départementale des territoires (DDT), rattachée à l'Etat, il y a quelques semaines, "pour leur faire part de [son] mécontentement sur les décisions tardives qui sont prises en matière de sécheresse". Pour l'instant, il n'a reçu aucune réponse

Les pêcheurs sont "plus que des lanceurs d'alerte"

Le président regrette que la Fédération de pêche ne soit pas consultée pour ces prises de décision. En Sarthe, la Fédération regroupe 55 associations agréées pour la pêche et la protection du milieu aquatique (AAPPMA). Grâce à ce réseau, Alain Dieu se tient au courant de l'état et de la santé de toutes les rivières du département. "Nous leur demandons de parcourir les cours d'eau qu'elles gèrent et de nous prévenir en cas de difficultés", explique-t-il.

"Les fédérations de pêche ne sont pas simplement des gestionnaires de pêcheurs, ce sont également des gestionnaires de nature."

Ces pêcheurs sont "plus que des lanceurs d'alerte", selon Alain Dieu. Avec les informations qu'ils ont fait remonter, "on a eu des cours d'eau à sec, on a eu des mortalités de poissons", précise-t-il, sans toutefois pouvoir les quantifier. Leurs observations pourraient être utiles à la préfecture pour protéger le niveau d'eau et les écosystèmes des rivières. Mais depuis quelques années ils ne sont presque plus invités à la préfecture. Les rares fois où ils interviennent, Alain Dieu remarque les sourires en coin, entend les "tiens v'là les pêcheurs".

La méthode de la préfecture remise en question

La méthode utilisée par la préfecture pour définir les états de sécheresse inquiète aussi la Fédération de pêche de la Sarthe. La qualification est basée sur certains cours d'eau seulement. "Si ces derniers ont encore de l'eau, il se peut que leurs affluents et les petits cours d'eau eux-mêmes soient à sec, parce qu'on les traite de la même façon que les grands cours d'eau", commente Alain Dieu.

"Nous demandons à ce que les futurs arrêtés soient basés sur le ruisseau le plus sensible et, donc, le plus précocement tari."

Le président de la fédération reconnait qu'il n'est pas simple de prendre des décisions qui peuvent provoquer le ressentiment des agriculteurs. En situation de crise, par exemple, les cultivateurs n'ont pas le droit d'arroser leurs champs. "Il faudrait être assez courageux de temps en temps pour prendre des mesures qui ne soient pas des mesures d'à peu près. Sans quoi, à l'avenir, nous allons souffrir, et beaucoup plus souvent.