Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sécheresse : la FNSEA alerte sur une possible "pénurie de lait dans les mois qui viennent"

-
Par , France Bleu

La sécheresse historique qui frappe actuellement la France pourrait avoir des conséquences sur la production de lait dans les mois qui viennent, alerte la FNSEA, syndicat agricole majoritaire, ce vendredi 5 août.

Les vaches laitières ne peuvent pâturer en raison de la sécheresse, ce qui pourrait avoir un impact sur la production de lait selon la FNSEA. (Illustration).
Les vaches laitières ne peuvent pâturer en raison de la sécheresse, ce qui pourrait avoir un impact sur la production de lait selon la FNSEA. (Illustration). © Maxppp - Christian Watier

Alors que 66 des 96 départements métropolitains sont considérés en "crise", le niveau de vigilance maximal, en raison de la sécheresse historique que connait le pays actuellement, la FNSEA s'inquiète des conséquences pour l'élevage notamment. "Dans les mois qui viennent, on va avoir une pénurie de lait en France", estime Yannick Fialip, éleveur et président de la commission économique du syndicat agricole majoritaire. "Pour faire du lait, il faut des fourrages, essentiellement de la luzerne et du maïs qui ont peu poussé cette année", a-t-il expliqué sur franceinfo ce vendredi.

"On a des animaux, qui sont dans les prés habituellement en cette période, qui n'ont plus rien à manger. Il faut apporter des fourrages stockés ce printemps, qui étaient destinés à alimenter les animaux l'hiver, que l'on utilise dès le mois de juillet et le mois d'août. On tape dans les stocks. C'est quelque chose d'inhabituel pour nous", a-t-il souligné. "On est très inquiet sur la capacité de beaucoup d'éleveurs à pouvoir nourrir leurs troupeaux sur l'ensemble de l'hiver 2022-2023. Cette sécheresse importante, rassemble deux conditions : un déficit de pluies important et des températures très élevées qui ont eu un effet "sèche-cheveux" sur les plantes qui ont asséché beaucoup de plantes, notamment tout ce qui est fourrage. On a été obligé de récolter très tôt, notamment le maïs."

La FNSEA réclame une hausse des prix du lait

Le syndicaliste réclame "l'activation" du "fonds des calamités" permettant aux éleveurs d'acheter des fourrages, "financés à 50% par les éleveurs et à 50% par l'État".

Yannick Fialip demande également que le prix du lait payé aux producteurs soit revalorisé pour "assurer la pérennité de la filière". "Le prix du lait en France est 20% inférieur au prix du lait payé aux autres producteurs européens, notamment en Allemagne et aux Pays-Bas", a-t-il précisé. "Une des premières mesures serait de mieux rémunérer nos éleveurs, ce qui leur permettraient d'avoir une meilleure trésorerie et d'assurer la pérennité de la filière, parce que l'on a de gros risques que certains éleveurs décident de décapitaliser leur cheptel face à cette situation."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess