Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Sécheresse : le prix des fruits en hausse au marché Fréry à Belfort

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Orages, grêle, canicule, sécheresse, restrictions d'eau, les conditions météorologiques perturbent le cours des fruits et légumes. Illustration au marché Fréry, à Belfort, où, sur certains stands, les melons coûtent 40% plus cher par rapport au prix "normal".

L'agriculture souffre des aléas de la météo. Conséquence: les prix augmentent
L'agriculture souffre des aléas de la météo. Conséquence: les prix augmentent © Radio France - Adrien Beria

Belfort, France

Sur les étals du marché Fréry, à Belfort, que de couleurs en ce samedi 10 août. Des abricots, des pêches, des brugnons, des nectarines, des melons, des pastèques. Un feu d'artifice frugivore. C'est beau, ça donne faim, mais à cause des aléas de la météo, c'est de plus en plus cher. Selon l'Insee, le prix des produits frais - dont font partie les fruits et légumes - a bondi cet été par rapport à l'année dernière: +6,7%. 

Sur les melons et les cerises par exemple, les prix ont augmenté de 30 à 40% sur le stand d'Esan  - Radio France
Sur les melons et les cerises par exemple, les prix ont augmenté de 30 à 40% sur le stand d'Esan © Radio France - Adrien Beria

Jusqu'à 40% plus cher 

Selon Esan, maraîcher depuis 8 ans, effectivement, la sécheresse "joue énormément" sur les prix. Ils augmentent "de 30 à 40%, facile, sur les melons, les abricots, les cerises". Un exemple concret : avant, un melon (d'origine France) coûtait 2,95 euros sur son stand. Aujourd'hui, 4,95 euros. Conséquence, "les gens achètent, mais au lieu de prendre deux kilos de fruits ils n'en prennent qu'un, ils baissent en quantité".

"On augmente les prix, on a pas le choix" - Esan, qui vend des fruits sur le marché 

Pourquoi cette hausse? Petite leçon d'économie avec Ahmed, un autre maraîcher, où l'on réapprend que ce qui est rare est cher. "Avec la sécheresse, il y a beaucoup de pertes, explique celui qui fait les marchés depuis trois ans. Les fruits sont beaucoup plus chers, parce qu'il y en a moins". A cause du manque d'eau, ils sont également "d'un plus petit calibre", c'est à dire beaucoup plus petits. "Sans compter qu'avant la sécheresse, il y a eu la grêle", précise Ahmed en référence aux différents épisodes orageux qui se sont abattus sur la France.

Qu'en pensent les clients? Christian trouve ça "cher". "Mais j'achète quand même, reconnaît-il, il faut des fruits". Au delà du prix, Jean-Claude trouve les fruits "plus secs", "moins ronds" à cause du manque d'eau. Les prix des fruits évoluent assez vite, suivant la météo. En 2018, la sécheresse avait déjà fait augmenter la somme inscrite sur les tickets de caisse. 

Le prix des fruits augmente au marché Fréry de Belfort