Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Sécheresse : les agriculteurs de l'Indre poussent un coup de gueule

-
Par , France Bleu Berry

La FDSEA et les Jeunes Agriculteurs s'agacent que la profession soit pointée du doigt dans sa façon d'utiliser l'eau alors que l'Indre, comme de nombreux départements, est en alerte sécheresse. Ils réclament la mise en place d'une vraie politique de gestion de l'eau à l'échelle de l'Indre.

L'Indre est en alerte sécheresse depuis plusieurs semaines
L'Indre est en alerte sécheresse depuis plusieurs semaines © Radio France - Juliette Micheneau

Châteauroux, France

"Des arguments et des échanges plutôt que des critiques". Dès le titre, le ton est donné par le président de la FDSEA de l'Indre et par celui des Jeunes Agriculteurs

Ils en ont assez d'être pris pour cible par des associations et des particuliers qui accusent certains exploitants, notamment céréaliers, au mieux de ne pas être très citoyens dans leur pratique d'irrigation, au pire de ne carrément pas respecter les arrêtés de restriction d'usage de l'eau en vigueur dans le département de l'Indre.  

Dans le viseur des syndicats, même s'ils ne sont pas cités, on devine à mot couvert l'association Indre Nature, la fédération de pêche entre autres. 

La FDSEA et les JA demandent que soit mise en place un véritable plan de gestion de l'eau à l'échelle du département : "Nous demandons depuis de nombreuses années une politique ambitieuse de la gestion de l'eau de notre département afin de pouvoir développer l'irrigation des cultures dans le but de sécuriser les productions et tirer un revenu digne" écrivent ils. 

Ils tiennent également à produire quelques chiffres : "le volume annuel moyen prélevé pour des usages agricoles sur le bassin Indre aval ne représente ainsi qu'environ 1% du débit de crise, seuil à partir duquel tout prélèvement devient interdit". 

Les deux syndicats rappellent enfin qu'ils ne sont pas responsables du déficit pluviométrique.