Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Sécheresse : les agriculteurs de la Loire demandent l'état de calamité agricole

mardi 29 août 2017 à 22:05 - Mis à jour le mercredi 30 août 2017 à 8:14 Par Julie Szmul, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

La reconnaissance du statut leur permettrait de bénéficier du fonds national de gestion des risques en agriculture, chargé de compenser les pertes sur des cultures pour lesquelles les agriculteurs ne sont souvent pas assurés. Mardi, deux syndicats ont convié les services de l'État dans leurs fermes.

Au centre, Raymond Vial (Chambre d'Agriculture) et Gérard Gallot (FDSEA), venus soutenir les agriculteurs de la Loire.
Au centre, Raymond Vial (Chambre d'Agriculture) et Gérard Gallot (FDSEA), venus soutenir les agriculteurs de la Loire. © Radio France

Cordelle, France

Les agriculteurs de la Loire sont à bout. Pour le faire savoir, les principaux syndicats (FDSEA et JA) ont convié mardi les services de l'État (la direction départementale des territoires) pour visiter plusieurs exploitations dans le Roannais. L'occasion de montrer la réalité du quotidien des agriculteurs, après plusieurs semaines de sécheresse : des prés jaunis par le soleil, des bêtes assommées de chaleur, et des exploitations de moins en moins rentables.

Des trésoreries en souffrance

L'accumulation des problèmes liés aux intempéries y est pour beaucoup : un hiver trop sec, de la grêle et du gel au printemps, et enfin la sécheresse estivale ont eu raison des stocks de fourrage de la plupart des agriculteurs. Loïc Chevalier dirige une exploitation de vaches allaitantes près de la Pacaudière, et il s'inquiète : "On a fait un tiers de fourrage en moins au mois de juin. L'hiver risque d'être long". Loïc envisage d'acheter du fourrage, mais cela coûte très cher, et pour l'instant, sa trésorerie ne le lui permet pas.

Il va falloir vendre des bêtes. C'est triste" - Loïc Chevalier, éleveur de vaches

Vers une politique globale de gestion de l'eau

Les syndicats et les agriculteurs demandent aux services de l'État de mettre en place une politique globale de gestion de l'eau. Simplifier les démarches pour créer des réserves d'eau individuelles sur les exploitations, ou encore diminuer les coûts pour les agriculteurs qui abreuvent leurs bêtes sur les réseaux publics de distribution d'eau. "Une vache laitière boit 100 litres d'eau par jour. Un mètre cube d'eau, c'est deux à trois euros. Vous multipliez par le nombre de vaches, et le nombre de jours, ça fait une sacrée dépense pour les agriculteurs !", explique Raymond Vial, président de la Chambre d'agriculture de la Loire.

En attendant les mesures de l'État, les agriculteurs comme Loïc croisent les doigts : "On attend la pluie. On va tenter de faire une danse, pour l'attirer", sourit l'éleveur.

Carte de la sécheresse dans la Loire au 25 août 2017 - Radio France
Carte de la sécheresse dans la Loire au 25 août 2017 © Radio France