Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Sécheresse : les forêts meurent de soif en Alsace

Par

Depuis trois ans, la sécheresse fait dépérir des milliers d'arbres dans les forêts d'Alsace. Un climat propice à la prolifération des scolytes, des parasites qui attaquent les épicéas. Illustration dans la forêt de Lutzelhouse, dans la vallée de la Bruche.

Les sapins et les épicéas meurent de plus en plus par manque d'eau dans les forêts alsaciennes Les sapins et les épicéas meurent de plus en plus par manque d'eau dans les forêts alsaciennes
Les sapins et les épicéas meurent de plus en plus par manque d'eau dans les forêts alsaciennes © Maxppp - Vincent Voegtlin

Lucien connaît mieux que quiconque la forêt de Lutzelhouse. Il y travaille depuis 55 ans comme débardeur : "Ça fait mal au cœur de voir tous ces arbres secs. C'est la misère de la forêt cette sécheresse. Tous les ans, ça sèche, ça sèche. C'est sec sur un mètre. Tant qu'on a pas de pluie comme dans le temps, c'est fini."

Publicité
Logo France Bleu
Dès que les agents de l'ONF repèrent des arbres attaqués par les scolytes, ils les abattent, comme ici en forêt de Lutzelhouse © Radio France - Luc Dreosto

En particulier dans les forêts qui surplombent la vallée de la Bruche, on aperçoit de plus en plus d'arbres rougis, desséchés, à cause des épisodes de sécheresse à répétition depuis trois ans. Ce réchauffement climatique est propice à la prolifération des scolytes, des insectes ravageurs qui s'attaquent aux épicéas faibles pour les détruire.

Un phénomène de tempête permanente

Dès que les agents de l'ONF aperçoivent des arbres attaqués par les scolytes, il les abattent pour éviter des dégâts trop conséquents et pour pouvoir encore utiliser le bois. Mais ce "bois scolyté" se vend 20 à 25% moins cher et en ce moment, il n'y a plus assez de débouchés, d'acheteurs. "Depuis trois ans, aucun arbre frais n'a été coupé dans la forêt de Lutzelhouse, on ne fournit que du bois scolyté, explique Jean-Louis Batt, le maire de la commune forestière de Lutzelhouse. Il faut se rendre compte que les dégâts de la sécheresse et des scolytes sont nettement plus graves que la sécheresse de 1999. Ça va durer pendant des années. On est dans un phénomène de tempête permanente".

Du coup, les communes comme Lutzelhouse ne font plus de bénéfices grâce à la forêt, mais elles recherchent juste l'équilibre financier. "Il y a 30 ans, on pouvait construire une école avec ce qu'on sortait de la forêt__, raconte Jean-Louis Batt. J'ai retrouvé un article du Figaro de 1955. Et j'ai fait le comparatif avec le prix de la baguette. A l'époque, les revenus de la forêt pouvaient me permettre d'acheter trois millions de baguettes pour la commune, à l'heure actuelle, j'en suis à 150.000".

loading

Les forestiers impuissants face à la sécheresse

Si les agents de l'ONF gèrent tant bien que mal le fléau des scolytes, ils sont impuissants face à la sécheresse. "Bon nombre de forestiers ont mal au cœur , mal aux tripes en voyant leur forêt mourir sans pouvoir intervenir, sans pouvoir faire quoi que ce soit, regrette Emmanuel Handwerk, est responsable pour l'ONF de l'unité territoriale Haslach, qui couvre les forêts de Westhoffen à Wisches. Le scolyte, en sortant rapidement les bois, on a une chance de sauver le reste du peuplement. Mais par rapport au réchauffement, au dépérissement des arbres, là malheureusement, on ne peut rien faire. On ne peut pas leur amener de l'eau comme dans un jardin, les arroser. J'ai déjà eu des propositions de certains conseillers municipaux en disant on va mettre en place un système d'irrigation dans la forêt. Malheureusement, ça a un coût phénoménal, ça n'est pas possible".

loading

Et l'inquiétude vaut aussi pour les jeunes pousses. "On a planté presque 10.000 arbres en début d'année, ajoute Jean-Louis Batt. On est un peu dans la crainte de ne pas voir ces arbres passer l'été". L'ONF plante donc de plus en plus souvent de nouvelles essences dans les forêts alsaciennes, des arbres qui ont besoin de moins d'eau.

loading

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu